La marionnette | Décryptage

Analyse et décryptage de l’épisode « La marionnette »

Le Juge vs Mrspointy

144 épisodes passés à la loupe !

  :mrgreen: > L’avis d’un garçon contre l’avis d’une fille !

Synopsis :

Quand des cadavres de lycéens sont retrouvés sans leurs organes, les soupçons de Buffy et sa bande se tournent immédiatement vers le ventriloque du spectacle du lycée et son étrange marionnette. Pendant ce temps, Snyder, le nouveau Principal, ordonne à Buffy, Alex et Willow de participer au spectacle annuel.

L’analyse de Mrspointy

        Cet épisode n’est pas le meilleur de la saison, plutôt le plus faible de tous, cependant il n’en reste pas moins plaisant à regarder pour plusieurs éléments autres que l’intrigue. Joss Whedon reprend ici un poncif de base bien connu des histoires d’horreur : la poupée/marionnette animée -terreur de Buffy qui, étrangement, verra ses cauchemars prendre vie dans l’épisode suivant-.

        L’épisode s’inspire donc de « Chucky », cette poupée vivante psychopathe qui assassine ses propres propriétaires : qui n’a jamais eu peur à l’idée que ses jouets s’éveillent avec une intention machiavélique ? C’est une idée qui a certainement déjà effleurée l’esprit de beaucoup d’entre nous, nous mettant à imaginer les pires scénarios possibles en pleine nuit.

        C’est ce qui arrive ici lors du concours de talent organisé par le lycée, où s’inscrit Morgan en tant que ventriloque, accompagné de sa marionnette prénommée « Sid ». Etrangement, Sid est peut-être plus qu’une poupée de bois, Morgan ne semblant pas réussir à contrôler ses pulsions au travers de blagues salaces et insistantes trop réalistes pour être tout droit sorties de la bouche de ce dernier… Aux yeux du Scooby-Gang, Sid est en vie et a déjà entrepris de se faire de chair et d’os en assassinant cruellement les élèves dans l’optique d’en acquérir un cœur et un cerveau afin de devenir humain…

        Sauf qu’on a encore le droit à un twist inattendu qui confirme bien le fait que la série ne se contente pas de réutiliser des références de l’horreur et du fantastique mais en plus en joue pour contourner les codes habituelles du genre et innover de manière presque auto-dérisoire. En effet, l’on a certainement tous été surpris de découvrir que le principal suspect n’était pas l’auteur du crime et le final nous révèle un coupable totalement inattendu…

        C’est ici qu’est introduit Snyder, l’odieux et antipathique remplaçant du principal Flutie, déjà insupportable et totalement méprisant, tellement qu’on le soupçonne à son tour d’être un démon : guettant déjà le moindre faux-pas de la part du trio, persuadé qu’ils sont des fauteurs de troubles.

        Mais le point positif de l’épisode est sans doute la mise en scène de théâtre proposée par Buffy, Willow et Xander interprétant « Œdipe » avec un enthousiasme évident et un jeu où l’on sent le désintérêt total de Buffy pour l’exercice… Le meilleur restant certainement la sortie radicale de Willow qui, terrorisée par le trac, quitte la scène en courant sous les yeux d’une foule de spectateurs -dommage, car elle devra bientôt chanter de l’opéra…-.

L’Analyse du Juge

8/10

        Certainement l’épisode le plus comique et le plus divertissant de la première saison, « La marionnette » rappelle certains films d’épouvante et, une fois de plus, les scénaristes savaient redonner un souffle nouveau à de vieux mythes poussiéreux. L’action se déroule lors du traditionnel spectacle annuel ringard du lycée, avec ses magiciens nuls, ses acteurs navrants et Cordélia qui nous casse les oreilles avec sa chanson lamentable. Ajoutez à cela quelques petits meurtres sanglants, plein de suspects potentiels et quelques fausses pistes, et vous obtenez un scénario inventif où l’on se retrouve pris au dépourvu.

        L’un des gros bonus de cet épisode est la délicieuse entrée en scène de Armin Shimerman de le rôle de Snyder, un personnage complémentaire et cynique qui apporte beaucoup au reste de la distribution et qui fait partie de mes chouchous en matière de personnages secondaires. Ce qu’il y a d’ingénieux avec Snyder dans cet épisode, c’est que les scénaristes s’amusent à nous faire croire qu’il est peut-être le démon que tout le monde recherche, et on s’y tromperait presque. J’adore la réplique (en VO) qu’il lance à Giles quand il lui explique qu’être trop proche de ses étudiants comme Flutie l’était ne suffit qu’à se faire dévorer. Snyder va apporter beaucoup à la série et c’est même lui qui va détenir certaines des répliques les plus tordantes. Je suis franchement ravi de cet ajout de casting.

        Sid, la marionnette, est un personnage intéressant. Si on a peur des marionnettes, comme Sarah Michelle Gellar, on aura forcément la trouille devant cet épisode. Alors qu’on s’attend généralement des marionnettes qu’elles aient une voix aiguë ou nasillarde, voilà que Sid se met à parler avec ses accents rauques de gangsters des années 30. C’est aussi dans cet épisode qu’on apprend que l’activité de Tueuse est internationale, puisque Sid explique qu’avant que le sortilège ne l’enferme dans un corps de pantin, il avait connu une Tueuse Coréenne. Sid possédait une histoire intéressante que j’aurais aimé exploiter d’avantage.

        Dans cet épisode enfin, Cordélia l’égocentrique devient moins méchante et plus amusante, et on a droit à une scène finale à se rouler par terre, avec la prestation pathétique de Buffy et sa bande qui s’essaient à la tragédie grecque !

C’est à vous…

Donnez-nous votre avis et vos impressions sur l’épisode

Débutez notre prochain marathon avec nos membres sur le forum Buffy Angel Show (cliquez ci-dessous)

< Prochaine Analyse >

« 1×10 Billy »

Mrspointy vs Le Juge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *