Une prof d’informatique retrouvée morte dans l’appartement de son collègue

          Une professeure du lycée de Sunnydale a été retrouvé mort tard avant hier soir, dans l’appartement d’un de ses collègues, qui a immédiatement avertit les autorités à son retour chez lui. Il s’agit de Jennifer Calendar, une professeure d’informatique, qui demeure le troisième membre du corps enseignant décédé en moins d’un an, après le Professeur de biologie, Stephen Grgeory et l’ancien Proviseur Bob Flutie qui hantent encore les esprits.

          Si à première vue, on pourrait penser que Mr Rupert Giles, le propriétaire de l’appartement et collègue de Melle Calendar, est intimement lié à la mort de cette dernière, les soupçons sont vites dissipés par les premiers éléments de l’enquête. Le médecin légiste fait remonter la mort de Jennifer Calendar une heure avant que Mr Giles, bibliothécaire au lycée de Sunnydale, ne soit rentré, et des témoins confirment sa présence à d’autres endroits à l’heure précise où l’on fait remonter la mort. Rupert Giles se serait en effet rendu à Rovello Drive, à l’autre bout de la ville, pour s’entretenir avec une élève de son lycée. Par ailleurs, la mort de Jennifer Calendar est due à une lésion de la moelle épinière entre la troisième et la cinquième vertèbre, soit une fracture de la nuque suite à un choc violent. Une cause de la mort qui amène à privilégier la thèse de l’accident plutôt que celle d’un assassinat, même si toutes les pistes restent ouvertes.

          Pourtant le bibliothécaire du Sunnydale High School n’est pas encore sortit d’affaire et son interrogatoire risque de durer encore un moment. Il aurait reconnu en effet entretenir une relation depuis plusieurs mois avec sa collègue et qu’ils avaient programmé mardi soir un rendez-vous romantique à son appartement. Les agents de police sur place ont immédiatement pensé à une querelle d’amoureux qui aurait tourné court, mais la victime ne porte aucune autre trace de coups ni de blessures. La porte de l’appartement était parait-il déjà ouverte quand Rupert Giles est entré pour trouver le corps. La détective Winslow, du SPD, qui avait déjà interrogé l’intéressé dans le cadre d’une toute autre affaire en novembre dernier a précisé : « Nous n’excluons pas l’hypothèse, mais pour l’heure, Rupert Giles n’est pas suspecté. Il y a beaucoup trop de choses qui ne collent pas dans ce scénario et Rupert Giles n’a pas non plus le profil d’un tueur de sang froid ». Le principal intéressé, lui, n’a toujours pas souhaité s’exprimer sur cette affaire.


          Quand on demande à la détective Winslow de nous donner ses impressions, elle rétorque : « La piste la plus probable à ce stade de l’enquête est celle de l’intrusion d’un inconnu dans l’appartement entre le moment où Jennifer Calendar est entré dans l’appartement et celui où son collègue l’a retrouvé. Briser la nuque d’une victime à mains nues est un geste délicat que seul un homme dans la force de l’âge peut réussir à faire, surtout si la victime se débat. Pourtant c’est ce que l’état du corps laisse supposer. Le mobile du crime est bien sûr inconnu pour le moment ». Elle ajoute : « Ce n’est pas la première fois qu’on enquête sur des affaires présentant un caractère bizarre comme celle-ci, ici à Sunnydale, et croyez-moi ce ne sera pas non plus la dernière. Ce qui me navre, c’est que les étudiants de Sunnydale High School n’avait pas besoin d’une tragédie de plus à encaisser » .

          L’établissement quant à lui doit composer avec la perte de son professeur d’informatique et le Principal Snyder assure que les cours seront maintenus le temps qu’ils trouvent un remplaçant. Son enseignante avait à priori planifié tout le programme de l’année en avance de sorte que les élèves peuvent à ce jour s’auto-gérer. Melle Calendar était une enseignante moderne et dynamique appréciée par ses pairs et par ses élèves. Elle avait confié à notre rédaction, lors de notre édition du 29 avril 1997, toute sa peine et son désarroi face au suicide de David Kirby et à la mort de Fritz Siegle, deux élèves qu’elle avait formé et en qui elle croyait. Une minute de silence sera effectuée demain à midi au lycée en mémoire de Jennifer Calendar.