Un touriste anglais meurt sur le sol de Sunnydale. Son corps disparaît de la morgue !

          C’est une drôle de découverte qu’à fait le concierge du Sunnydale High School dans la nuit du 9 au 10 novembre, quand il s’est trouvé nez à nez avec le cadavre d’un étranger, vraisemblablement un touriste anglais, allongé dos contre terre devant la porte d’accès qui mène à l’arrière de la librairie du campus. « Je l’avais croisé hier soir très tard quand je sortais les poubelles, il avait l’air perturbé, stressé » explique le concierge des lieux, qui semble bien être la dernière personne à l’avoir vu en vie. « Il m’a demandé à voir le bibliothécaire de l’établissement, je ne sais pas pourquoi. C’est moi qui l’ai renseigné en lui indiquant la direction. Il ne m’a même pas dit merci ». Le concierge conclue par la vision d’horreur qui l’a eu en découvrant cette nuit-là le corps dans un état de décomposition déjà très avancé ! C’est lui qui a averti la police. Il était alors 2h37 du matin.

          La détective Winslow, en charge de l’enquête depuis le matin du 10 novembre, a tenté de comprendre ce que ce touriste anglais pouvait bien faire sur un campus de Sunnydale. « Les papiers d’identité révèlent qu’il s’appelle Philip Henry et qu’il a pris un billet d’avion en provenance de Londres, avant de faire escale à Los Angeles » a déclaré Winslow lors de sa première prise de parole. Elle poursuit : « Il a visiblement souhaité se rendre à Los Angeles pour retrouver un vieil ami à lui, qui travaille dans ce lycée en tant que bibliothécaire. Un papier retrouvé sur lui indiquait le nom et l’adresse du bibliothécaire que nous sommes allés interrogés, mais qui n’était à priori pas au courant de sa visite surprise ».

          Pour l’heure, la piste évoquée pourrait être celle d’un état de fatigue lié à une pathologie cardiaque ou neurologique dont le sujet souffrait sans doute. « Philip Henry était d’après sa famille très stressé ces temps-ci et semblait très préoccupé. Il souffrait de terreur nocturnes et refusait de communiquer avec son entourage ou même consulter un psychologue. A joutez à cela 12 heures de vol et une dette de sommeil importante pour qui souffre de plusieurs troubles neurologique, et le coeur peut vous lâcher d’un coup. C’est presque une mort subite ». Mais Philip Henry n’a prévenu personne quant à son départ soudain pour le Nouveau Continent, et son épouse pense qu’il avait besoin de se ressourcer en retrouvant son vieil ami de la fac. Il avait d’ailleurs tenté, toujours selon son épouse, de recontacter ses derniers temps tous ses vieux amis.

          « Le bibliothéciare du Sunnydale High School nous a bien confié avoir été ami avec Philip Henry, mais il y a plus de 20 ans ! », affirme le détective Winslow. « Si vous voulez mon humble avis, et je le donne avec le plus grand respect que j’ai pour la victime, nous avons suffisamment à faire sur ce campus avec nos morts, sans que des étrangers viennent mourir ici à leur tour. Mais il est de mon devoir de faire toute la lumière sur cette affaire pour la famille Henry ».

          Comme toujours à Sunnydale, rien est jamais simple, et on apprend ce matin que l’autopsie préliminaire du corps n’a pas pu être faite, le corps ayant été scandaleusement égaré à cause d’un couac survenu à la morgue. Face à cette nouvelle difficulté, Winslow se veut rassurante : « Nous allons vite retrouver le corps, ne vous en faites pas. Des imbéciles sont entrés dans la morgue hier soir et ont enfermé le médecin de nuit dans un caisson frigorifique. Même si nous pensons avec ce contre-temps que Philip Henry aurait pu être assassiné et que le meurtrier pourrait être revenu pour tenter d’effacer des traces compromettantes, nous ne négligeons pas la piste d’un canular, comme on commence à en voir beaucoup à Sunnydale. Je pense que les deux affaires n’ont rien à voir, mais nous explorerons chaque piste ». Le directeur de la morgue, qui s’est indigné à notre rédaction ce matin, à d’abord pensé aux profanateurs qui ont dépouillés des tombes en septembre dernier, et au fait qu’ils n’aient jamais été arrêtés, malgré les promesses de la mairie, et les recherches infructueuse de notre police qui peine à boucler ses enquêtes ces derniers temps.

          Le consulat rassemble le maximum d’informations concernant Mr Henry et les circonstances de son décès afin de les transmettre à la famille, qui devrait être informée très vite de la volatilisation du corps. On rappellera aussi que le recel de cadavre est sévèrement puni par la loi.