Le Bronze vandalisé pendant sa fermeture pour fumigation

          La boîte populaire Le Bronze est de nouveau au centre des controverse et des critiques après qu’elle ait été vandalisée la nuit du 18 avril par des individus armés non identifiés. Des coups de feu provenant du club ayant retentit aux alentours, la police a été appelée sur les lieux alors que la discothèque était fermée pour fumigation. A son arrivée, la patrouille de police n’a trouvé aucune trace d’un quelconque tireur, ni d’aucune arme, bien que les murs, les poutres, les vitrines du bar et la scène étaient criblés de balles. Le propriétaire du club s’est alors immédiatement rendu sur place pour constater l’étendue des dégâts, dégâts qui ne devraient pas retarder la réouverture après fumigation selon lui. Pourtant, après la rixe entre deux bandes rivales en mars dernier, pendant laquelle on a déploré entre autre la mort du videur, le Bronze est plus que jamais dans le collimateur des autorités.

          « Il est clair qu’il s’agit là de l’œuvre d’un gang de rue » déplore l’enquêteur en charge de faire la lumière sur les faits. « C’est parfaitement leur genre de démonstrations violentes et de mépris de la loi auxquels nos jeunes se livrent aujourd’hui, et que notre ville doit combattre », poursuit-il. C’est un chauffeur de taxi qui passait dans le quartier qui a été le premier a donner l’alerte après avoir entendu les multiples coups de feu. « Quand la police est arrivée, il n’y avait déjà plus personne ! Je ne suis pas resté pour voir qui s’était introduit dans la discothèque » poursuit le chauffeur. Selon l’enquête en cours, les auteurs de ces coups de feu sont probablement entrés et sortis par le toit de l’établissement, où il est facile de s’introduire par une lucarne si l’on est suffisamment habile pour grimper là-haut. Tous les autres accès et issues de secours de l’établissement étaient clos quand la patrouille de police est intervenue.

          Le Bronze, qui organisait l’avant-veille sa désormais traditionnelle « Fumigation Party » avant fermeture, où les clients peuvent bénéficier de prix réduits sur les boissons s’ils parviennent à attraper les cafards qui se multiplient chaque année, devrait pouvoir rouvrir ses portes à son public dès demain, et faire venir sur sa scène les artistes locaux qui profitent de l’endroit pour se faire une notoriété. « Il n’y a pas que le problème des cafards à régler au Bronze, maintenant il y a aussi le problème des gangs armés et de la violence » a déclaré un ancien client du club qui n’a plus l’intention d’y remettre les pieds désormais. Et de poursuivre : « Comme avec les cafards, les gangs sont toujours plus résistants qu’avant ! ».