Après une semaine de coma, Billy Palmer se réveille et l’affaire trouve sa résolution !

          Nous vous en parlions dans les colonnes de notre édition du 5 mai, la semaine dernière, le petit Billy Palmer, 12 ans, avait été battu et trouvé inconscient après son match de baseball de samedi. Les médecins expliquaient de façon pessimiste que son état était critique et le jeune homme a passé la semaine en soins intensifs. Si cet événement terrifiant est largement passé inaperçu à cause des déboires et des scènes d’hystérie collective qui se sont emparés de notre ville ce vendredi – que les experts imputent sans convictions aux effets psychoactifs palpables provoqués par des fuites de butane près du lycée et de ses environs -, voilà que l’affaire trouve sa résolution aujourd’hui avec la sortie du coma de Billy Palmer.

          Dès son réveil, Billy Palmer a accusé son entraineur de baseball de l’avoir violemment frappé en lui faisant porter le chapeau de la défaite au match de samedi dernier. Le jeune garçon encore sous le choc, s’en veut terriblement d’avoir été impuissant. « Ce n’était pas ma faute. Il y avait huit autres joueurs dans l’équipe. Et il le savait ! » répète t-il à plusieurs reprises à la sortie de l’hôpital. Tandis qu’une action en justice va être intentée contre le coach à qui l’on a retiré son droit d’entrainer, ce dernier se défend d’avoir voulu blesser celui qu’il nomme comme son porte-bonheur, affirmant qu’il s’est emporté en voulant donner à son joueur fétiche une correction.

          Pourtant cette version et les regrets de l’entraineur sont déjà mis à mal par les accusations d’une autre jeune fille, Laura Blake, étudiante au lycée de Sunnydale, qui affirme avoir elle aussi été frappée dans les mêmes circonstances, avec ce qui ressemblait à une batte de baseball. Des nouvelles accusations que l’entraineur de 40 ans réfute, et que son avocate incombe aux crises d’hallucinations massives qui ont sévit sur la ville ce vendredi. La jeune fille était partie se cacher dans la chaufferie du lycée pour fumer à l’abri des regards sans être surprise lorsqu’elle a été agressée par un homme hystérique, qu’elle peine toutefois à identifier réellement. Autre fait étrange, son agresseur aurait crié juste avant de la laisser pour morte : « le 19 porte bonheur ». C’est en tout cas ce que Laura Blake tient à rapporter aux enquêteurs, qui font de suite le lien avec Billy Palmer, même si le mobile de l’agression de Laura semble sans rapport.

          Les enquêteurs passent en revue le passé du coach pour comprendre s’il est en proie à des pulsions violentes et si l’homme à déjà un casier. Le petit Billy se repose chez lui pour le moment, et la jeune Laura devrait bientôt pour quitter son lit d’hôpital. « Si Billy ne s’était pas réveiller pour pointer du doigt son agresseur, d’autres de nos enfants auraient pu être battus à leur tour », s’indigne l’un des nombreux parents en colère qui demande des comptes aux enquêteurs. Il faut dire que depuis le mois de mars, la police de Sunnydale semble débordée !