Décryptage | L’épisode « 2×11 Le fiancé » décrypté par nos deux analystes

Analyse et décryptage de l’épisode « Le fiancé »

Le Juge vs Mrspointy

144 épisodes passés à la loupe !

 L’avis d’un garçon contre l’avis d’une fille !

Synopsis :

Buffy surprend sa mère en compagnie d’un homme alors qu’elle rentre chez elle un soir. Joyce lui apprend alors qu’il s’agit de Ted, son nouvel ami et futur fiancé, un homme apparemment trop parfait pour plaire à la Tueuse qui se montre d’instinct soupçonneuse. Buffy décide alors de mener une enquête sur Ted, sans s’imaginer qu’il est un robot destructeur ayant déjà tué ses quatre premières femmes !

De leurs côté, tandis que Giles et Jenny restaurent leur relation, Alex et Cordélia dissimulent la leur.

L’analyse du Juge

7/10

Je reprend le marathon à partir d’ici, après quelques mois d’interruption. En dépit de sa fin assez peu crédible, cet épisode est bien pensé pour sa métaphore en filigrane et le thème percutant qu’il aborde. Ted n’est pas seulement un commercial, c’est aussi, le temps d’un épisode, le beau père de Buffy. Pour beaucoup d’enfants de divorcés, la frontière entre un beau parent et un commercial est mince, d’abord parce que nos parents vont « vendre » les mérites et les qualité de leur nouveau partenaire pour le faire accepter, et ensuite parce que le partenaire en question va « se vendre » lui-même, comme le fait Ted ici. Il posera des questions sur l’école, les loisirs et les amis pour se gagner la sympathie de l’enfant et, à terme, il finira par parler comme un robot. Les collègues de Ted le qualifient de « machine à abattre », ce dernier étant un commercial qui « se vend » mécaniquement auprès des femmes comme il vend mécaniquement ses produits à ses clients.

Les enfants qui se retrouvent placés dans ces situations ont pour crainte de voir leurs parents les délaisser pour leur nouveau partenaire, raison pour laquelle ils se rebellent souvent contre tout nouveau venu dans la famille, se mettant rarement à la place de leurs parents, pour qui la situation n’est jamais facile non plus. Joyce se met peut-être des œillère quand Buffy accuse Ted de l’avoir menacée, mais elle a dû assumer seule l’éducation de sa fille en faisant face aux difficultés que rencontrent les parents isolés, et croyait enfin pouvoir espérer des jours meilleurs en compagnie de Ted. Buffy est très clairement angoissée dans cet épisode, et les seules personnes à qui elle peut se confier sont ses amis. Or, Alex et Willow se rangent du côté de Joyce et de Ted, et lui reprochent de dramatiser la situation. L’histoire prend un tour de force vraiment dramatique quand Buffy tue accidentellement Ted et croit avoir cédé à sa colère et sa jalousie, et le scénario devient encore plus intelligent et profond.

J’aime aussi dans cet épisode Giles et Jenny qui restaurent leur relation pendant que Alex et Cordélia dissimulent la leur. En revanche, il y a quelques incohérences et déceptions dans cet épisode, comme le fait de voir un tueur en série cacher quatre cadavres dans son placard, sans qu’aucunes investigations des familles des victimes n’aient été conduites jusque chez lui. De même, le fait que Ted soit un robot est déjà étrange, mais en faire un tueur en série est carrément gratuit. Du coup, la fin tombe un peu à plat, alors que si Ted était resté humain, le scénario aurait été sombre et glacial comme j’aime. Fort heureusement, le regretté John Ritter perce l’écran le le maquillage du robot est bluffant !

Je vous conseille à l’occasion la review de Mrspointy qui pourra s’exprimer sur la thématique de cet épisode mieux que moi, puisqu’elle a vécu la situation (je vous rassure, elle n’a pas tué son beau-père).

L’analyse de Mrspointy

          Cet épisode fait partie de ceux qui me parlent le plus, je me reconnais totalement en Buffy et ai la sensation de vivre des situations semblables, de ressentir ce qu’elle ressent alors et de partager son point du vue, de comprendre son attitude. Ma situation n’est certes pas exactement la même, mais j’ai déjà été à sa place et connais l’effet que ça fait, qui est ici rendu avec une telle justesse que je m’y suis retrouvée.

          Buffy voit arriver un nouvel homme dans sa vie, Ted, nouveau compagnon de sa mère, après le divorce de ses parents il y a un peu plus d’un an. Celui-ci, vraisemblablement irréprochable en parfait beau-père se révèle être en vérité exigeant à l’excès, un poil conservateur et violent. Cachant bien son jeu, Ted n’agit de la sorte que derrière le dos de Joyce et des amis de Buffy, souhaitant plus que tout faire bonne impression, maltraitant ainsi Buffy sans élever de suspicion chez son entourage : l’on découvre alors que Ted est un robot construit par le Ted original, décédé dans les années 50, et qu’il accumulait les mariages depuis des décennies dans le but de séquestrer dans un sous-sol aménagé une femme qui lui rappelait la sienne après que l’autre soit morte.

          C’est une situation réelle et bien connue qui est ici mise en avant, celle des relations intra-familiales difficiles entre un homme et la fille de sa nouvelle compagne. Je suppose que la plupart des enfants de parents divorcés ont connu cette situation, où l’arrivée d’un nouvel homme dans le foyer nous est intolérable et se vit plutôt mal. Buffy, avant d’apprendre que Ted est véritablement mal-intentionné, prétend le soupçonner d’être un démon alors qu’en réalité elle ne l’accepte juste pas et refuse de voir sa mère refaire sa vie : c’est une réaction propre à ce genre de circonstances, pas toujours justifiée -bien que ça soit le cas ici- mais compréhensible et à laquelle il faut savoir être attentif.

          Buffy refuse de se montrer sympathique vis-à-vis de Ted car son apparition vient chambouler son quotidien et ses habitudes, elle sent qu’il prend progressivement une place importante chez elle et auprès de sa mère, qu’elle n’accepte pas de voir avec un autre homme que son père et dont elle a peur qu’elle lui porte moins d’attention : elle a l’impression que sa mère va la délaisser pour Ted tant elle lui attribue tous les honneurs et n’a d’yeux que pour lui, la mettant sur la touche et lui imposant une figure paternelle qu’elle n’a pas envie d’accepter. Ainsi, elle ne va lui reconnaître aucune qualité -au contraire de Willow et Xander- et chercher par tous les moyens à lui trouver des torts et à expliquer par des preuves la haine qu’elle a pour lui.

          C’est donc un épisode que je trouve assez violent, ne serait-ce dans les scènes entre Buffy et Ted, verbalement brutales, où les durs échanges sont témoins de relations conflictuelles existantes et, ici, à l’issue dramatique puisque Buffy finit par tuer accidentellement Ted lors d’une bagarre -le moment où Ted frappe Buffy est insupportable-. Il est douloureux, car c’est un détestable sentiment que de se sentir remplacé par quelqu’un ou de voir qu’une personne prend la place d’un de vos parents dans sa vie, cela inspire la jalousie, la colère et le mal-être et preuve en est ici, peut nous faire faire des choses qu’on n’aurait habituellement pas faite.

          Il est d’ailleurs intéressant de positionner Buffy dans une situation où elle tue un être-humain (qui se révèle ne pas en être un) et réalise que son statut de Tueuse ne lui autorise pas à tuer n’importe qui et ne l’excuse pas des crimes qu’elle pourrait commettre : c’est un acte qu’on ne lui pardonne pas et qui n’est pas excusable. Bien différent de la mort d’un démon, celle d’un homme lui reste sur la conscience et la culpabilise.

Prochain épisode décrypté : 2×12 Œufs surprises

Pour débattre de cet épisode, rendez-vous sur notre forum : www.buffyangelshow-forum.fra.co

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *