Anthony S. Head explique pourquoi il n’y a pas eu de spin-off sur Giles (Interview Télé Loisirs)

En sept saisons, l’univers de Buffy contre les vampires s’est révélé très riche ! Ainsi, à la fin de la fiction, en mai 2003, et afin de continuer à exploiter cet univers, plusieurs spin-off ont été envisagés. En effet, si Angel (David Boreanaz) a eu le droit à sa série dérivée en 1999, d’autres personnages ont failli également avoir la leur comme Dawn (Michelle Trachtenberg), Faith (Eliza Dushku) ou encore Giles (Anthony Stewart Head). Cependant, aucun de ces projets n’a abouti. Présent lors du Paris Manga & Sci-Fi Show 2019, les 16 et 17 février, Anthony Stewart Head a confié à la rédaction de Télé Loisirs avec émotion pourquoi le spin-off, centré sur son personnage, n’a jamais eu lieu.

Sources et rédaction : Roxane Mansano pour Télé Loisirs.

Lire Aussi : 

Nouveau marathon « Buffy » sur Téva à partir du 11 mars

10 mars 2019 | « Buffy contre les vampires » a 22 ans aujourd’hui !

Anthony Stewart Head invité des National Television Awards 2019 (Royaume-Uni)

« C’est un peu triste en fait… Joss (le créateur de Buffy, ndlr) avait cette magnifique idée pour un pilote. J’espère d’ailleurs qu’il pourra le faire un jour car ce n’est pas obligatoirement nécessaire que Buffy soit liée à ce projet ou Giles, a commencé à nous expliquer Anthony Stewart Head. C’était une sublime histoire et à ce moment-là, Joss Whedon était en discussion avec la BBC America, qui était intéressée pour le faire. Malheureusement, quelque chose d’autre est survenu… Dollhouse. » En effet, cette série, créée par Joss Whedon avec Eliza Dushku dans le rôle principal, a été diffusée sur la chaîne américaine Fox à partir de 2009.

« Joss Whedon s’est beaucoup excusé envers moi parce que, finalement, c’est lui qui est venu me voir à la fin de Buffy. Tout a commencé sur le plateau où, un jour, je me sentais un peu à l’écart. On a eu une longue conversation à ce sujet et il m’a dit : ‘Je sais que ce n’est pas cool mais la série s’appelle Buffy. Tu sais, je ne peux pas faire de Giles le personnage central’. Même si je ne demandais pas ça, un jour il est revenu très gentiment vers moi et a fait de cette discussion une intrigue sur Giles traversant ainsi sa crise de la quarantaine. Voilà pourquoi on voit que Giles se sent mis à l’écart, qu’il commence à jouer de la guitare dans un bar local, etc« , nous a révélé Anthony Stewart Head. Et d’ajouter avec encore beaucoup d’émotion : « À la fin de Buffy, et par rapport à la conversation que l’on avait eue, il m’a dit : ‘Je suis en train de penser à faire une série sur Giles’. Mon cœur s’est littéralement arrêté pendant une seconde. Mais finalement, ça ne s’est pas fait par rapport à Dollhouse. Ce sont des choses qui arrivent. » 

Charlie Weber (Ben dans « Buffy ») fait la Une du magazine « 26 »

Charlie Weber, que les fans de Buffy connaissent surtout pour son rôle de Ben dans la saison 5, fait de nouveau la Une d’un magazine, cette fois-ci du magazine 26, pour son édition hiver 2019. Il accorde également une interview dans les colonnes du 26-magazine, où il parle de son rôle de Frank Delfino dans How To Get Away With Murder, un rôle qu’il campe depuis 5 saisons et qu’il estime faire partie de lui.

Lire Aussi : 

Une fois n’est pas coutume, Charlie Weber (Ben dans Buffy) fait la Une d’un magazine !

La saison 2 de ‘How To Get Away With Murder’ avec Charlie Weber débute ce soir aux USA

Charlie Weber (Ben dans Buffy) fait la couverture et l’interview du Bello Mag (photos)

James Marsters se confie à cœur ouvert (Interview – Première)

Si l’on a hélas pas pu interviewer James Marsters nous-même lors du Paris Manga (espace presse saturé et temps accordé à la presse écourté), nos confrères du magazine Première ont eu la chance de pouvoir le faire quelques jours plus tôt. James répond aux questions du reporter à cœur ouvert et se confie sur ses moments difficiles, comment il gère son succès et son rapport avec ses fans. On vous recommande la lecture de cet article.

Source et rédaction : François Léger pour Première

Lire Aussi : 

James Marsters : La vie avec et sans Buffy (Interview – Métro)

Paris Manga #27 | Anthony S. Head, Amber Benson et James Marsters font le show avec les français

James Marsters sera t-il de retour dans la saison 2 de ‘Runaways’ ? (trailer)

Invité ce week-end du Paris Manga Sci-Fi Show avec ses anciens collègues de Buffy contre les vampires (Anthony Head et Amber Benson), James Marsters revient pour Première sur la portée cette série culte, le rôle de Spike et la catastrophe Dragonball Evolution, dans lequel il jouait Piccolo.

Quoi que vous fassiez, on vous ramène toujours à Buffy contre les vampires et au personnage de Spike. Mais c’est aussi parce que vous cultivez ce lien, non ?
Tout à fait, car Buffy est une série dont je peux être fier. On a réussi à faire passer l’idée que la violence ne résout pas tous les problèmes et que les femmes peuvent botter des culs ! À l’époque, je produisais et je jouais dans des pièces de théâtre à Seattle et Chicago. Je venais d’avoir mon fils et je venais à Los Angeles uniquement pour gagner de l’argent. Le théâtre, c’est super marrant, mais tu ne gagnes pratiquement rien. Donc j’ai décidé de me vendre à la télévision (Rires.) 

Vous aviez le sentiment de vous vendre ?
Ah ouais, complètement ! Je n’avais aucune illusion. On était vers la fin des années 90 et la télévision n’était pas aussi intéressante qu’elle l’est aujourd’hui, du moins de mon point de vue. Je me souviens avoir dit à mon agent que je n’étais pas là pour recevoir des prix puisque je les avais déjà eus au théâtre. Je n’avais rien à prouver et je ne respectais pas les gens de ce milieu de toute façon (Rires.) J’étais là pour le pognon ! Pour acheter des couches ! Et d’un coup, je me suis retrouvé dans une série qui diffusait un message subversif à plus de monde que je n’aurais pu l’imaginer. On traitait de sujets forts, comme la difficulté d’être homosexuel à l’adolescence. C’est plus commun à la télévision aujourd’hui, mais on était dans les premiers à en parler. Je crois qu’on a aidé à faire évoluer les choses, d’une certaine façon.

Vous avez tout de suite senti que Joss Whedon avait autre chose derrière la tête qu’une simple série sur les vampires ?
J’ai appris au fur et à mesure que Joss était un surdoué du storytelling. Je n’avais pas idée à quel point il était bon, même s’il semblait déjà talentueux. On avait très peu de budget et ce qu’il a réussi à faire est spectaculaire. Joss m’a expliqué que l’idée originale de la série lui était venue dans un rêve, où une adolescente apeurée courait dans une allée sombre, poursuivie par un vampire. Elle arrivait dans une impasse, se retournait et… surprise, surprise : elle sortait un pieu et lui bottait le cul. Quand il m’a dit ça, j’ai réalisé qu’il détournait l’idée répandue que les femmes sont des victimes. Et en même temps, il faisait une série sur le très compliqué passage de l’adolescence à l’âge adulte. Quand on se rend compte que le monde est un immense bordel et que vos parents ne savent pas toujours de quoi ils parlent. Comment traverser cette étape sans perdre espoir ? J’ai trouvé ça très intéressant et j’ai pensé que ça valait le coup de s’impliquer, en plus de l’incroyable salaire que je recevais (Rires.) Je ne savais pas encore qu’on allait toucher autant de monde dans l’avenir.

Mais les audiences américaines n’étaient pas phénoménales. La série est surtout devenue culte en s’important et au moment de la sortie des DVD.
Disons qu’on a mis un peu de temps à devenir vraiment populaires. Mais il est vrai qu’on était vachement plus connus en-dehors des États-Unis. Quand je suis venu pour la première fois à Paris, c’était dingue. Je me souviens avoir signé des autographes dans une librairie, et à l’extérieur il y a avait des policiers à cheval, avec des centaines de personnes autour. J’ai vu un flic se faire attraper par la foule et tomber de son cheval, pendant que les fans défonçaient les barrières métalliques et arrivaient devant les vitres du magasin en tapant dessus. Je voyais le verre bouger et je me disais : « Des gens pourraient mourir aujourd’hui ». Je crois qu’on a attendu six heures à l’intérieur sans savoir quoi faire. On a fini par m’exfiltrer par la porte de derrière. C’est là que j’ai réalisé à quel point j’étais populaire et comme la célébrité est toxique pour l’âme humaine. Et plus tu y es exposé, plus ça devient dangereux, c’est comme des radiations. Tu es vite tenté de te prendre au sérieux, et plus comme le clown sympa que tu es au fond. On peut se sentir très seul quand on est célèbre. 

Vous avez vécu des moments difficiles ?
Oui. J’ai pris du recul avec la célébrité pendant un long moment. Je me suis caché en fait. Ma vie se résumait à traîner dans mon appartement, aller sur le plateau de tournage et parfois faire un détour par la plage. Pas plus. J’essayais de ne pas interagir avec les gens qui me connaissaient grâce à la série. Série dans laquelle j’adorais jouer par ailleurs, mais j’étais mal à l’aise avec la célébrité. Pas de bol : j’avais ces cheveux blancs assez courts, on ne pouvait pas me louper ! Et un jour, j’ai tourné un truc (Strange Frequency 2, NDLR) avec Roger Daltrey, le chanteur des Who. Il n’arrêtait pas d’être reconnu et il gérait les demandes d’autographes et de photos avec une facilité déconcertante. J’étais fasciné. Il m’a dit : « Tu es célèbre, ça ne va pas changer. Donc tu peux gérer ça tranquillement, ou bien te prendre au sérieux et devenir le genre de personne qu’on ne souhaite pas être ». Grâce à lui, j’ai choisi d’être aussi cool que possible vis-à-vis de ça. Parfois c’est un peu frustrant, parfois c’est marrant. C’est comme ça. 

Votre rapport aux fans a dû beaucoup évoluer avec le temps.
Disons que la question de la sexualité est moins prégnante aujourd’hui (Rires.) Parce que c’est là que ça commence à partir en vrille, quand des fans arrachent vos vêtements… Ou font tomber des policiers à cheval. Une forme d’hystérie collective. Aujourd’hui il ne reste que de l’excitation et parfois du respect. Ce que je trouve d’ailleurs assez marrant, parce que respecter un acteur, c’est étonnant (Rires.)

Vous trouvez ça bizarre de respecter un acteur ?
Hum. Ouais, un peu. J’ai décidé de faire mon métier quand j’étais très jeune – et je crois que je le fais très bien -, mais ce n’est pas le boulot le plus important du monde. Par contre je peux rendre la vie des gens un peu plus marrante. C’est déjà ça.

Que vous inspire le reboot/suite de Buffy qui a été annoncé ?
C’est super, il reste un paquet de démons à tuer ! J’étais très content quand j’ai appris que ce n’était pas un remake, puisqu’on y suivra une nouvelle génération de personnages. Le monde a bien changé et on a besoin d’une tueuse pour se battre contre ces partisans de l’autorité, à la pensée limitée. C’est la bonne période pour une série fun et drôle, un truc subversif, qui puisse évoquer ces sujets. La SF et le fantastique permettent de parler de tout sans en avoir l’air, et c’est une arme incroyablement puissante.

Pourquoi n’avez-vous jamais vraiment fait carrière au cinéma ? Vous devez avoir eu de nombreuses propositions après Buffy.
Quand la série Angel (spin-off de Buffy, NDLR) s’est terminée, je suis allé dans un talk show à télé américaine et je me suis rasé la tête, pour montrer que j’étais brun sous mes cheveux teints. C’était ma façon de dire aux fans que c’était fini. Tout le monde me voyait comme ce vampire cool, et rien d’autre. Donc je suis reparti de zéro mais j’ai eu de la chance qu’on me propose de nombreux rôles à la télé après Buffy. Concernant le cinéma, je pense que je n’ai pas su capitaliser sur mon succès. Mais j’aurais dû mentir et faire semblant d’être quelqu’un d’autre. Je trouvais l’idée ridicule.

Parce que les directeurs et directrices de casting cherchaient à embaucher Spike ?
Ouais, et quand ils se rendaient compte que je n’étais pas lui, c’était fini. Mais je crois que j’ai fait le bon choix au final, sinon je n’aurais joué que des drogués ou des rockstars (Rires.)

Désolé de mettre ça sur le tapis, mais vous avez tout de même joué dans Dragonball Evolution
(Rires.) Non, non, ça va, je veux bien en parler !

Quel est votre souvenir de ce tournage ?
D’avoir eu le coeur brisé (Rires.) J’étais un grand fan de Dragon Ball et Dragon Ball Z et quand on m’a approché pour jouer Piccolo, on m’a dit qu’on aurait un budget de 130 millions de dollars. Ce qui semblait tout à fait suffisant pour faire une belle adaptation. Le film devait être produit par Stephen Chow, dont j’avais beaucoup aimé Shaolin Soccer et Crazy Kung-Fu. Sauf que quand je suis arrivé au Mexique pour le tournage, je me suis rendu compte qu’on nous avait menti : le budget n’était que de 30 millions de dollars et Stephen Chow n’était qu’un nom sur un bout de papier. Il ne travaillait pas du tout sur le film. Avec Chow Yun-fat, on se sentait trahis. L’histoire derrière est que 20th Century FOX allait perdre les droits de Dragon Ball un an après, et ils voulaient se faire un peu de fric avant la date d’échéance. C’était perdu d’avance, mais s’ils avaient mis le budget qu’il fallait, ils auraient pu lancer une super franchise.

Vous avez pas mal souffert alors ?
Je partais à la guerre. J’étais déterminé à faire de Piccolo un personnage super cool, vraiment proche du dessin animé. Au premier essai maquillage, je n’arrêtais pas de demander qu’on me vieillisse, parce qu’on était dans une adaptation de Dragon Ball et pas de Dragon Ball Z : au début de l’histoire, Piccolo est un personnage très âgé. J’avais un contrat pour trois films et dès le deuxième, on devait entrer dans l’histoire de Dragon Ball Z, là où je devais me transformer et « rajeunir », en quelque sorte. Mais ça n’aurait eu aucun sens si j’étais déjà jeune dans le premier ! Du coup j’ai refusé de sortir du maquillage, j’y suis resté quatorze heures. Je m’engueulais avec le producteur et le réalisateur, qui voulaient que Piccolo ait la peau grise, et pas verte comme dans le dessin animé ! On marchait sur la tête. Le réal était très sympa mais il ne connaissait pas du tout Dragon Ball. Je lui ai dit : « Tu sais que si je ne suis pas vert, nos carrières sont finies ? » Il m’a répondu : « Ah bon, tu crois ? » (Rires.) C’était vraiment un film médiocre au final. Sans avoir vu Dragon Ball c’était nul, en l’ayant vu c’était encore pire ! 

Je regardais votre filmographie sur Wikipedia tout à l’heure, et quand on met la souris sur Dragon Ball Evolution, il y a écrit « Ce film n’a jamais existé… »
(Rires.) Celui qui a fait ça a eu 100 % raison, c’est comme ça que je veux me souvenir du film : en l’oubliant (Rires.)

Sarah Michelle Gellar invitée sur la station SiriusXM

Sarah Michelle Gellar était de nouveau l’invitée de la station SiriusXM, qui diffuse de la musique, du sport et des émissions de divertissement. Régulièrement invitée chez SiriusXM, sa participation se tenait cette fois-ci à Atlanta et non à New York. Rappelons que Sarah participe à la publicité de la marque Oley qui sera diffusée lors du Super Bowl. 11 photos à découvrir dans votre galerie.

Lire Aussi : 

Sarah Michelle Gellar bientôt dans un nouveau spot TV

Sarah Michelle Gellar bientôt de retour sur le petit écran

Sarah Michelle Gellar se remet aux fourneaux pour Noël

Sarah Michelle Gellar invitée de l’émission Build Series avec ses acolytes Foodstirs

Hier, à New York, Sarah Michelle Gellar et ses deux comparses de #Foodstirs ont été invités à l’émission talk show Buid Series, une émission à laquelle elle participe de temps à autre. Elle y a bien évidemment parlé de son entreprise et de son expérience personnelle, le tout dans la joie et la bonne humeur du plateau. 18 photos HQ à découvrir en galerie.

Lire Aussi : 

Sarah Michelle Gellar retrouve ses deux doublures cascades de ‘Buffy’ (photos & vidéo)

Polémique | Sarah Michelle Gellar accusée de « grossophobie » : ses fans montent au créneau !

Sarah Michelle Gellar prend la parole au WE Day UN2018

INTERVIEW | Adam Busch (Warren) répond aux questions de Buffy Angel Show

Pour Buffy Angel Show, Adam Busch, qui a joué Warren Mears, accepte de revenir sur son rôle dans la série et nous livre sa vision du personnage. Celui qu’on a pu voir il y a peu dans Altered Carbon nous explique ce que les fans de Buffy lui reprochent quand ils l’interpellent dans la rue ou bien ce qu’il ressent à jouer un personnage que le public veut à tout prix détester. Nous lui avons également demandé son point de vue sur le reboot Buffy en préparation.

Lire l’interview ici.

Lire Aussi : 

Adam Busch à la première mondiale du lancement de Altered Carbon sur Netflix

Adam Busch dans un rôle récurrent du nouveau thriller SF de Netflix, « Altered Carbon », le 2 février

Buffy Angel Show Interview Anthony Stewart Head

Buffy Angel Show interview Anthony S. Head (Giles), Phina Oruche (Olivia) et Rudolf Martin (Dracula)

Samedi 22 et dimanche 23 septembre se tenait la Film & Comic Con Cardiff au Royaume-Uni en compagnie d’Anthony Stewart Head (Giles), Phina Oruche (Olivia) et Rudolf Martin (Dracula). Trois acteurs de Buffy réunis pour une occasion trop belle pour ne pas être saisie. Si Phina Oruche n’a joué que trois épisodes dans la série et Rudolf seulement un, les anecdotes sont toujours riches, surtout de la part de personnalités que l’on a rarement l’occasion d’entendre parler de Buffy. Anthony quant à lui est resté égal à lui même, très réceptif et blagueur, tel qu’on nous l’avait toujours décrit.

Notre rédaction a envoyé l’un de nos reporters sur place avec son pass presse pour interviewer tour à tour les trois acteurs, lors d’entrevues privées réservées à Buffy Angel Show. Rudolf nous dévoile ce qu’il a ressenti en retrouvant Sarah Michelle Gellar des années après avoir joué avec elle dans All My Children. Phina nous donne sa vision d’Olivia et sa relation avec Giles. Anthony, lui, nous parle du reboot, de Robia LaMorte (Jenny Calendar) et de son épisode préféré.

Lire Aussi : 

Buffy Angel Show interview de Robia LaMorte (Jenny Calendar)

Buffy Angel Show interview de Larry Bagby III (Larry Blaisdell)

Buffy Angel Show interview Indigo (Rona) & Iyari Limon (Kennedy)

Buffy Angel Show interview Alyson Hannigan (Willow) et Alexis Denisof (Wesley)

Cliquez sur les vignettes ci-dessous pour accéder aux interviews :

                   

Alyson Hannigan s’exprime à son tour sur le reboot de « Buffy »

Ce vendredi 17 août dernier, Alyson Hannigan a été interviewée par E! News au sujet du reboot de Buffy et des rumeurs sur un cinquième volet de American Pie. Estimant qu’on peut être rassurés tant que Joss Whedon reste sur le projet, Alyson explique qu’elle surveillera de près l’avancée du projet, bien qu’elle ne réclame d’en faire partie, ni même avec son mari Alexis Denisof (Wesley Wyndam Price dans Buffy et Angel). Reconnaissant que la série était en avance sur son temps, elle souhaite que le reboot sera d’une aussi bonne qualité. Notre partenaire Hannigan-France.com vous a traduit l’intégralité de l’interview ici !

Lire Aussi :

Buffy Reboot : Angel pourrait-il être de retour dans la nouvelle version ? David Boreanaz répond…

Buffy Reboot : James Marsters est enthousiaste pour reprendre son rôle de Spike

Alyson Hannigan aimerait un retour de Buffy à l’écran et s’imagine la vie du Scooby-gang 20 ans après

Buffy Reboot : Angel pourrait-il être de retour dans la nouvelle version ? David Boreanaz répond…

Comme James Marsters, David Boreanaz a l’air plutôt enthousiaste à l’idée du futur reboot de Buffy. Aujourd’hui âgé de 49 ans, David s’est exprimé à son tour sur le sujet : « Je trouve que c’est génial ! Je suis sûr qu’ils trouveront les bonnes intrigues et les bons acteurs pour jouer les personnages qu’ils souhaitent voir dans le reboot. C’était génial de faire partie de Buffy quand ça a commencé et aujourd’hui, voir la série ressusciter, c’est juste un nouveau témoignage de la qualité du travail qu’on a fournie. Je ne peux qu’applaudir ! »

Interrogé sur sa possible participation au projet, Boreanaz a répondu par la négative : « Pour le moment, je laisse les choses se faire et je soutiens le projet de loin. Angel ne vieillit pas donc il pourra encore être présent ! Ils peuvent faire ce qu’ils veulent avec les personnages, c’est un univers tellement vaste et riche. Mais je suis certain que les intrigues reflèteront ce qu’étaient les personnages dans la série originale… ». Ce qu’il faut comprendre derrière ses propos, c’est que si David Boreanaz n’exclut par qu’Angel soit de retour dans le reboot, il laisse volontiers sa place à un autre acteur, plus jeune, pour interpréter le rôle culte.

A ce jour, on attend encore que Sarah Michelle Gellar, plongée dans le silence, s’exprime à son tour sur le projet de reboot…

Lire Aussi : 

Buffy Reboot : James Marsters est enthousiaste pour reprendre son rôle de Spike

Buffy Reboot : Monica Breen affirme qu’elle ne remplacera pas les personnages d’origine

Reboot Buffy : Tandis que la Fox veut faire monter les enchères, les fans parlent de boycott…

Buffy le Reboot : C’est confirmé !

Nathan Fillion (Caleb) et Charlie Weber (Ben) devant la presse pour les TCA 2018

Après Amy Acker et la FOX, c’était au tour de la chaîne ABC de faire son grand oral face à la presse pour présenter ses séries aux TCA (Television Critics Awards) qui ont lieu en ce moment même. The Rookie, la série de Nathan Fillion (Caleb dans Buffy) a permis à Nathan et le reste du cats d’en dévoiler d’avantage sur cette série policière qui intrigue encore beaucoup. 44 sublimes photos à découvrir dans votre galerie Buffyverse. C’était aussi au tour du beau gosse Charlie Weber, alias Ben dans Buffy, de venir représenter sa série How to Get Away With Murder. Rappelons que HTGAWM entamera sa cinquième saison dont le premier épisode sera diffusé le 27 septembre prochain, naturellement sur sur ABC. Toutes les photos HQ de Charlie sont à découvrir dans la galerie. L’évènement se tenait à l’hôtel Hilton de Beverly Hills, en Californie.

Lire Aussi : 

Amy Acker, Vincent Kartheiser et Danny Strong réunis aux TCA de la FOX

SDCC 2018 – Joss Whedon, Seth Green, Felicia Day, Nathan Fillion… et une chasse aux vampires !

Saison 2017-2018 | Le point sur les séries actuelles des acteurs du Buffyverse