Interview | Emma Caulfield (Anya Jenkins)

Samedi 1er Décembre 2018. Alors qu’elle est l’invitée de la Wales Comic Con qui se tient ce jour-là en compagnie de six acteurs du Buffyverse, Emma Caulfield accorde un peu de son temps à notre rédaction pour se prêter au jeu de l’interview. A Eva, notre reporter, elle se confie sur sa carrière, nous livre une anecdote de tournage très drôle et évoque son recul sur Buffy et sur son impact. Elle nous confie aussi pourquoi elle ne souhaiterait pas faire partie d’un reboot…

A ce stade de votre carrière, que retenez-vous de meilleur ?

J’ai de l’affection pour Anya bien entendu. Et j’aime aussi beaucoup TiMER. J’y ai passé du bon temps. Vous savez, quand vous passez beaucoup de temps sur un tournage à jouer un personnage, à côtoyer les autres acteurs, vous avez une bonne expérience avec tout ce qui peut fonctionner. Et j’en retire beaucoup de bon temps à chaque fois.

Vous avez de bons souvenirs de tous vos tournages ?

Ah non, je n’ai pas de bons souvenirs pour tout. Mais pour beaucoup d’entre eux j’ai vraiment de très bons souvenirs, c’est certain !

Avez-vous justement une anecdote marrante à propos de Buffy que vous voudriez partager ?

Oui, j’en parlais un peu plus tôt à quelqu’un. Il y a un épisode où il fallait que je sois à vélo [ndlr : « 4×08 Pangs / L’esprit vengeur »], et on ne m’a pas demandé si je savais en faire puisque les gens supposent que tout le monde sait faire du vélo! Ils m’ont mise dessus et poussé dans le champs de la caméra, alors que je n’étais pas rassurée, parce que je ne savais pas en faire. C’était la toute première fois de ma vie que je montais sur un vélo, j’avais donc 24-25 ans.

Si vous aviez à rejouer Anya dans le reboot en préparation, le feriez-vous ?

Non non ! 

Donc vous êtes contre le reboot, pas vrai ?

Je ne suis pas contre, je ne veux juste pas en faire partie. Et puis Anya est morte. Donc elle ne pourrait pas revenir.  

Pensez-vous qu’Anya méritait de mourir ?

Oui. Pour Anya c’était la meilleure chose à faire. Parce qu’elle avait plutôt tendance à ramer avec son incapacité à être altruiste et à d’abord penser aux autres. Au final c’était ça son acte ultime. Je trouve ça poétique.

Va t-on vous retrouver très prochainement à l’écran ?

A ce point de ma carrière je suis en mode « pause ». J’ai privilégié ma vie privée, car j’ai ma petite fille. Et je profite de ça. Ma fille est en crèche, ça me laisse du temps pour réfléchir à « qu’est-ce que j’ai envie de faire ? ». Je vais sûrement retourner à la série, mais pour le moment c’est comme des vacances. Et je profite de ces moments-là car ce n’est pas comparable. C’est quand même épuisant parce que quand tu dors, tu ne dois dormir que d’une oreille. Je manque de sommeil depuis un an, et là, quand je suis arrivée hier [ndlr : à la Wales Comic Con] j’ai juste pu dormir et ne penser à rien d’autre. Et… wahou, ça fait vraiment du bien !!! (Rires) Et je n’ai rien d’autre à me soucier là maintenant ! C’est comme des vacances, ça fait du bien !

Plus de 20 ans après…

Terrifiant ! C’est ça le début de votre question ? (Rires)  

Oui (Rires)… comprenez-vous l’impact que peut encore avoir la série ?

C’est terrifiant ! Comment est-ce possible qu’il se soit passé autant de temps (Rires) ? Dans les faits la série est toujours aussi populaire. Avec les 20 ans l’année dernière et l’impact que ça a eu !

En France aussi.

Oh oui en France aussi et en Europe. Je n’ai jamais compris tout ça !

Parce que vous en faite partie intégrante. Vous en avez fait partie.

Exact.