Un Nouveau Sunnydale

Sunnydale, 3 avril 2008.

-« Depuis le désaxement de la terre par rapport au soleil en 2005, notre monde a bien changé! » S’exclama Buffy.
-« En effet, depuis trois ans déjà, seulement trois heures de soleil apparaîssent dans la journée et la population du monde entier a fini par s’habituer à cette situation » Répondit Giles du fond de son appartement, une tasse de thé à la main.
-« Vous avez raison, mais ma vie à moi Giles, elle n’a jamais était normale et regardez ce que nous sommes devenus. » Rétorqua Buffy qui chaque matin venait rendre visite à son ancien protecteur.
-« Oui, il est vrai que pour certain d’entres nous beaucoup de chose ont changé. »
-« Changé!! Le mot est faible. Angel est humain depuis cinq ans, nous nous sommes mariés tout de suite puis nous avons eu notre petite Kim dans la foulée. Cordélia est à moitié folle depuis qu’elle n’est plus démon et vit dans sa ferme avec Groosalug. Dawn et moi, nous nous sommes fachées lorsqu’elle est partie vivre dans la crypte de son Spike, le soit disant grand amour de sa vie… »
Giles éclata de rire.
-« Ce n’est pas drôle, Giles! Elle me crache sessus quand elle me voit. Tenez hier au drugstor, pour passer devant moi à la caisse, elle m’a balancé un immonde molard dans l’oeil. »
-« Ah oui! Elle continue se genre de choses? »
-« Oui! Mais attendez la suite, au moment où elle a pris ses jambes à son cou, je lui ai arraché une bonne touffe de cheveux. »
Giles s’exclaffant:
-« Tu as pu y voir quelque chose, ton molard à l’oeil? »
-« Croyez moi Giles, elle a du pleurer sur une bonne dizaine de mètres. »
-« Je crois qu’elle n’a pas supporté que tu lui jettes ses affaires en pleine rue, après qu’elle t’ai appris son idylle avec Spike. »
-« Et comment, Spike cette immonde créature. C’est pas parce qu’il a une âme qu’il sait se controler, j’aurais du l’éliminer quand j’en avais l’occasion! » S’exclama Buffy le point serré sous la table.
-« Buffy! Il nous a aider à plusieurs reprises malgré tout. »
-« Arrêtons d’épiloguer sur Spike. Où est Wesley? »
-« Je l’ai envoyé chercher des sacs pour l’aspirateur. »
-« C’est bien ce qu’il fait pour vous, depuis votre accident qui vous a paralysé les jambes. Il est là comme un petit chien puis il vit avec vous ce qui facilite les choses. »
-« Ne nous moquons pas trop de ce pauvre Wesley! Disons qu’il me voit comme un mantor. » Repris Giles, rajoutant du thé au fond de sa tasse.
-« Oui, c’est juste. Au faite, j’ai appris que vous vous présentiez à la course des handicapés-moteurs pour la kermesse de dimanche. »
-« Je préfère que tu dises course des invalides Buffy, et c’est exact les dont iront à une organisation pour des orphelins. Et comment as tu appris ma participation? » L’interrogea Giles.
– » C’est Willow qui m’a prévenue. Vous savez depuis qu’elle est devenue Madame le maire de Sunnydale, elle sait tout sur tout. D’ailleurs elle ne se sent plus pêter celle là! »
-« Comment ça va à la maison? »
-« Oh! Entre Kim, Fred, Willow et moi, Angel se sent en minorité avec quatres femmes à la maison. Et puis… »
-« Et puis quoi? » Reprit il sérieusement.
-« Je dois parler avec Madame le maire, elle ne s’entend pas la nuit avec Fred! Elles sont entrain de me traumatiser Kim. La petite me demande si Fred et Will ont des dindons. »
-« Des dindons? » S’interrogea Giles étonné.
-« Ouais! A cause des gloussements qu’elle font. »
-« Oui en effet, il faut lui parler avant que ta maison ne se transforme en ménagerie! » Lança Giles ironique.
Saisissant sa tasse encore fumante, Buffy les yeux dans le vaguent sembler songeuse. Giles du fond de son fauteuil dans un décor anglais bien à lui , remarqua le détachement soudain de la jeune femme. Il tenta alors de l’interpêler.
-« Buffy!….Buffy! » Répéta Giles.
La tirant du fond de ses pensées la tueuse répondit.
-« Oh pardon Giles, je songeais à Alex. »
-« Comment va t’il? »
« Et bien, il se sent seul je crois depuis qu’Anya est parti en voyage d’affaires. Alors la semaine dernière, je lui ai offert un chien et je pense que ce n’était pas une si bonne idée. » Déclara Buffy le visage triste.
-« Tu ne m’avais pas parlé de ça, et pourquoi ce ne serait pas une bonne idée? »
-« Vous vous doutez bien qu’avec un bras en moins, ça va lui donner pas mal de boulot un chiot, mais je pensais bien faire sur le moment! »
-« Comment s’en sort il dans sa vie de tous les jours? »
-« Je dois l’accompagner chercher sa prothèse, ça l’aidera un peu j’espère. Et vous le verrez à la kermesse. »
-« A-t-il trouvé un job? »
-« Ouais! Pour une compagnie de téléphone, il a tenu une heure. »
-« Une heure! Pourtant il n’est pas nécessaire d’avoir deux bras pour répondre au téléphone! »
-« C’est ce qui leur a dit, mais il fallait noter les messages en même temps. Alors il a dit qu’il savait écrire avec la bouche. »
-« La bouche! » Repris Giles étouffant un rire moqueur.
-« Oui, mais attendez! Le problème, c’est qu’il s’est planté le stylo dans le palais et qu’une ambulance est venue le chercher! » Expliqua Buffy surexitée.
-« Et tout ça en une heure? »
-« Exact, mais bon même si il n’a pas de job, il touche une pension d’invalidité grâce à Willow. Je dois y aller, Giles! Il est bientôt midi et Kim va sortir de l’école. »
-« Angel ne va pas la chercher aujourd’hui? »
-« Comme d’hab, on se retrouve devant l’école et on déjeune dehors jusqu’à quinze heure, je ramène la petite à l’école et Angel retourne travailler. Vous déjeunez avec nous? N’oubliez pas, il faut profiter du soleil au déjeuner. »
-« Merci Buffy, mais j’attends Wes, on doit déjeuner sur le balcon. »
-« A demain Giles, embrassez Wesley pour moi! » S’ecria Buffy en claquant derrière elle la lourde porte d’entrée de son observateur.

En effet le soleil ne brillait que trois heures par jour pendant la pose du déjeuner. Alors les habitants de Sunnydale en profitaient pour voler à l’énorme boule de feu un peu de chaleur et de vitamine D. Ce phénomène faisait le régale de quelques commerçant sur le rendement qu’offrait l’achat de lunettes de soleil et de chapeaux.
Non loin de là, à un kilomètre de Sunnydale, au milieu d’une vaste étendue de terre se fondait la ferme de Cordélia et Groosalug. Accolé à leur massue, une gigantesque batisse de bois très épais protégeait un grand élevage de porcs. Ils possédaient également quelques vaches qui leur procurraient régulièrement du lait et quelques poules entassées dans un petit enclos qui les approvisionnaient d’oeufs.
Cordélia vétue d’une salopette crasseuse déjeunait sur sa terrasse aux côtés de Groo.
-« Princesse! Vous ne trouvez pas que cette odeur est vraiment insuportable? » s’exclama Groo ajustant ses lunettes de soleil sous son chapeau de paille.
-« Non Groo! C’est l’odeur des besoins de nos poules, c’est 100% naturel! » S’écria Cordélia d’un large sourire qui laissait entrevoir quelques unes de ses dents noires, gatées par l’abus de sucreries.
-« Princesse! J’ai entendu pendant notre sommeil des bruits étranges venant de la batisse des porcs. »
-« C’est parce qu’ils ont mal aux dents! »
C’était incompréhensible, elle s’empara d’une brosse à dents au fond de sa poche, les mains sales jusqu’aux ongles.
-« Ma pauvre princesse! Malgré que vous soyez devenue à moitié folle, je vous aime car je vois toujours celle que vous étiez jadis. »
-« Cordélia les cheveux crasseux et les bottes boueuses se précipita vers le refuge des pors dérapant dans quelques bouses de vaches qui traînaient par ci par là.
-« Princesse! Princesse! Où courrez vous? » Cria Groo se grattant la poitrine.
Cordélia se saisie d’un porc, elle adopta la position du missionnaire, immobiliant le pauvre cochon dont le poids l’écrasait, elle enfonça la brosse à dents dans la gueule de l’animal. A demi sufoquante, Cordélia hurlait ainsi que le porc qui se débattait à tout rompre.
-« Princesse! Arrêtez! Lachez ce porc! » S’égosiait le Groosalug accourrant dans sa tenue de fermier.
Groo la dégagea de la bête en furie…
-« Vous êtes possédée? » Cria Groo.
Cordélia debout face à lui, encore plus sale qu’elle ne l’était reprit calmement.
-« Tout va bien chéri. »
-« Vous êtes sure Princesse? »
-« Oui, il faut maintenant que je parle aux vaches! »
Elle ramassa discrètement sa brosse à dents et l’enfonça dans sa poche.
-« Princesse, que vous arrive t’il avec les vaches? »
-« Je suis la reine des vaches, elles m’attendent. »
-« Vous n’êtes plus à Pyléa ma princesse. »
Cordélia le regard absent pousuivie.
-« Je vais prendre le tracteur pour aller à la ville on a besoin de quelques provisons »
A ses mots, Cordy pencha violemment la tête sur son épaule gauche et se redressa aussi sec.
En effet, la malheureuse était muni d’un toc qui lui faisait pencher la tête violemment à quelques minutes d’intervale.
-« Nous irons à Sunnydale en tracteur ensemble ma princesse, mais plus tard. » Murmura Groo à son oreille.

Alors que le soleil venait de se retirer, Spike dans l’obscurité allumait les chandelles de sa crypte, une clope au bec.
-« Amour ne te ronge pas les sangs ta soeur finira par accepter notre relation. » Déclara Spike.
-« C’est ça, rêve! » S’exclama Dawn, avachi dans un fauteuil face à la télé, un duvet sur les genoux.
-« Tu verras, quand elle aura compris que je suis quelqu’un de bien ça ira! » Répliqua Spike écrasant sa cigarette.
Dawn la bouche pleine de chips tentait de lui répondre.
-« Que vas tu faire? Lui chanter ton éternelle refrain du genre, je sauve la veuve et l’orphelin, comme à chaque fois que tu la croise. »
-« Ne te moques pas de moi mon coeur. »
-« Tu parles! C’était hilarant la dernière fois, tu l’as poursuivi sur une bonne centaine de métres, elle marchait tout droit et ne te regardait même pas, tu tentais de lui parler mais en vain. J’aurais du prendre mon camescop ce jour là et me repasser cette scène chaque fois que je déprime! »
-« En attendant, c’est pas en lui crachant dessus qu’on arrivera à quelque chose! »
-« Spiky ravive le feu on se les gèlent dans ta tanière! » Cria Dawn tremblante.
-« Je connais bien une façon de te réchauffer! »
-« Tu sais que tu serais à ta place avec les porcs de Cordélia, en plus il faut que j’aille faire l’ouverture au cinéma. »
-« Et bien pour une fois n’y vas pas! »
-« Il faut pourtant bien que l’un de nous ramène de l’argent et c’est le seul job que j’ai pu décrocher! » S’égosia Dawn sur les nerfs.
-« Excuses moi mon sucre d’orge. »
-« Tu es partisant du moindre effort, tu pourrais au moins faire le ménage, il y a des toiles d’arraignées partout, c’est pas une tare d’être un vampire, tu pourrais ouvrir une agence de détective comme avait Angel à l’époque! »
-« Angel ce tordu! Depuis qu’il est humain c’est monsieur parfait celui-là! » S’écria Spike.
-« Oh arrête de faire le jaloux! Tu penses encore à ma soeur avoue! »
-« A défaut d’avoir le grand model, j’ai le model réduit! » Lança Spike ironique les bras chargés de bois pour la cheminée.
-« Espèce de salop! » Hurla Dawn.
La jeune femme saisie son uniforme et se dirigea vers la porte de la crypte. Spike par sa vivacité vampirique se précipita sur elle, la plaquant contre lui, il l’embrassa fougueusement avant de lui dire.
-« Je ne sais pourquoi je t’aime? Car tu es infecte, à ton retour je te préparerai une surprise. »
-« C’est ça, c’est tout ce que tu sais faire des surpirses! »
Dawn enfila l’uniforme un sourire aux lèvres et parti d’un pas décidé.

Au même moment, depuis son appartement, Alex à l’aide de sa bouche, tentait désespérément d’ouvrir une canette de bière.
-« Maudit bras de plastique, tu ne m’aide pas beaucoups, à part en guise de porte manteau! S’exclama t’il.
-« J’abandonne, trop c’est trop, je cris au secours! Buffy m’attend pour diner, j’y vais et ils pourront mouvrir une biière là-bas! » Repris Alex.
-« Sussucre! Sussucre! On y va. » Appelant son chiot, Alex enfila son veston du mieux qu’il pu. Ramassant son trousseau sur la table, il s’empressa d’inserrer la clé dans la serrure puis tourna le verrou, le petit chiot à ses pieds…………..à suivre…………………