Une Nuit Macabre…

Je suis Mike. Il est 4h du mat., un café à la main je me dirige sur les lieux du crime.
Une ruelle en cul-de-sac. Le bruit des sirènes a fait venir les curieux…
 
Le légiste est déjà sur le coup, il tient un des membres de la victime et l’examine de très près. J’aperçois le cadavre adossé contre le mur, une jeune femme au teint mat, les cheveux noirs, ondulés… Elle a la gorge tranchée, la main droite coupée et sa jambe gauche à été broyée par je ne sais quel instrument de torture. Seul son visage est intact. C’était une très belle femme. Pourquoi un tel massacre…
Autour d’elle je ne vois pas beaucoup d’indices… Le crime s’est peut être passé ailleurs.
Ma collègue, Kate, m’appelle et me fait signe de venir la trouver. Elle se tient près d’une jeune fille, qui, sous une couverture, tremble comme une feuille. C’est apparemment le seul témoin de ce crime.
Je salue Kate et en me tournant vers la fille, j’aperçois ses mains couvertes de sang.
D’un hochement de tête vers ma collègue, je l’amène à nous éloigner de quelques pas.
_ dis-moi pourquoi elle est couverte de sang? Lui demandait-je.
_si seulement je pouvais te répondre Mike, mais elle n’a pas dit un mot depuis qu’on la retrouvée là, près du corps. Elle était à genoux devant la victime. On lui a fait des prélèvements d’empreintes et d’ADN. Mais je ne crois pas qu’elle soit la meurtrière, elle est bien trop choquée…
_tu tires tes conclusions bien trop vite, Kate.
Soudain, la jeune fille éclate de rire en me fixant étrangement. Tout le monde a les yeux fixés sur elle. Je me rapproche et elle me dit:
_toi, l’inspecteur, tu me plais, c’est à toi que je veux tout raconter.
_alors parle! Lui dis-je.
_seulement si tu m’emmènes chez toi, inspecteur.
_il serait plus sage de t’emmener à l’hôpital. Lui proposais-je.
_NON! Cria cette dernière.
Je compris que je n’aurai pas d’autres moyens de faire parler ce témoin, qui à vrai dire commençait à me faire flipper. Mais je décidais finalement à rentrer chez moi avec elle.
 
Dans la voiture, elle regardait les rues et les endroits où j’allais. Comme si elle tenait à se souvenir du trajet. Arrivés devant chez moi, elle examina les alentours du bâtiment où je vivais. J’habitais au 6 èmes étage. Nous rentrions dans mon appartement. Elle avança au milieu du salon et laissa tomber sa couverture, tachée du sang de la victime. Elle commença à se dévêtir sous mes yeux, sans gène, et se retourna sur moi.
_où est la salle de bain? Me demanda-t-elle.
_La première à droite. Lui répondis-je comme un jeune pubère qui voyait une jeune femme nue pour la première fois.
J’entendis l’eau de la douche. Je ne savais plus comment ni par où commencer mon interrogatoire. Cette fille me troublait. Où bien c’était peut être le manque de sommeil.
Je ne sais pas.
Elle apparut vêtue d’une serviette autour d’elle.
_bien! Tu va me dire maintenant ce qu’il est arrivé dans cette ruelle.
_je l’ai tuée. C’est moi l’assassin.
En entendant ces mots je voulais réagir, prendre mon arme et la pointer sur elle…
mais je ne pouvais pas. J’étais comme pétrifié.
_tu connais l’existence des gens de la nuit? Les vampires?
_une stupide légende! Lui dis-je.
Elle ricana comme tout à l’heure et s’arrêta net en me fixant, elle pencha la tête sur le côté.
_ton toubib n’a même pas vu les deux petits trous sur le coup de mon repas. Dit-elle en caressant sa nuque.
Je voulais bouger, faire quelque chose mais rien ne marchait. Soudain mon portable sonna. Je ne sais pas comment mais j’arrivais à l’ouvrir et répondre, c’était Kate.
_la fille est chez toi? Elle a parlé? Me questionna Kate.
J’essayais de lui répondre mais rien ne sortait de ma bouche.
La jeune femme recula vers la fenêtre et lâcha mon regard, je pu enfin parler.
_Mike!!! tu m’entends? Demandait Kate.
_oui… lui répondis-je.
_je te laisse, inspecteur, j’ai faim et toi et ta petite bande m’avez gâché mon repas. Mais je reviendrai te voir. Fit-elle en traversant mes carreaux… des morceaux de vitre s’étalèrent sur le sol. Je me penchai à la fenêtre et ne vis rien, du moins personne étendu sur le trottoir. Où était-elle? Était-ce vraiment une de ces créatures dont on parle dans les romans? Une vampire…
_Mike!!! tu veux que je vienne? Qu’est-ce qu’il ce passe? J’ai entendu un bruit…
_non… Kate. Ça va je n’ai rien. Mais…
_mais quoi? Où en es-tu avec cette fille? Me demanda-telle.
_elle… elle vient de traverser ma fenêtre. Lui dis-je. Je n’arrivais même pas à m’en convaincre moi même. Une réalité ou un simple cauchemar?
 
Fin de la première partie.

Un mois s’est écoulé depuis cette nuit-là.

Un mois que je ne dors pratiquement plus et toutes les nuits, vers 4 ou 5 heure du matin, je suis réveillé. Je me lève car j’ai comme une sensation d’être épié comme si constamment on me surveillait, et même dans la journée je ne suis pas tranquille je me sens observé sans cesse.
Mon boss m’a donné quelques jours de repos mais un mois, c’est plutôt long comme congé, et j’ai plus l’impression qu’il m’a pris pour un dingue quand je lui ai parlé d’Elle…
Et pourtant je sais que cela est arrivé, premièrement je ne suis pas le seul à l’avoir rencontrée, Kate l’a vue elle aussi, c’est même elle qui m’a présenté cette fille que tout le monde pensait innocente, y compris moi. Mais depuis que je l’ai vue traverser ma fenêtre et qu’avec une chute de 6 étages ,elle n’avait rien eu et avait surtout disparu dans la pénombre, je commençais à croire à ses histoires de buveurs de sang.
Et l’emprise qu’elle avait eu sur moi m’avait complètement tétanisé.
 
Il est 6h du matin. Je me sens franchement mal à l’aise dans mon appartement aujourd’hui, peut-être parce que ce soir cela fera un mois tout pile que je pense à Elle.
Je ne sais plus vraiment si c’est de la peur ou de l’obsession. Mais ce que je sais, c’est que ce soir je ne resterai pas ici et ne fermerai pas l’œil de la nuit.
Toute la journée j’ai traîné dans Central Park. Je suis allé voir un film, un navet, mais ça m’a permis de tuer le temps. Je suis passé devant le commissariat et je suis resté garé de l’autre côté de la rue, en le fixant et regardant mes collègues au loin entrer et sortir pendant plus d’une heure, comme si j’étais en planque.
Je ne pensais pas que rester sans travailler pendant tout ce temps serait aussi dur.
 
Puis je vis Kate sortir, elle venait de finir son service. Je la klaxonnai je ne sais même pas pourquoi, mais elle se tourna vers moi et après un court instant, elle me vit et s’avança vers ma voiture avec un grand sourire.
_alors, beau gosse tu fais les sorties de commissariat! me taquina-t-elle.
_je passais par là et je t’ai vue. Alors, comment ça se passe là-bas?
_c’est la routine! le boss est toujours aussi teigneux, bref rien n’a changé. Tu sais quand tu reprends du service? me demanda t-elle.
_non! tout le monde pense que j’ai fondu un boulon. Personne n’est sur l’enquête? lui demandai-je en parlant du meurtre de la ruelle et de la fille.
_il a donné l’affaire à Berlik et son acolyte, tu penses, reprendre une de tes enquêtes pour lui est plus qu’un honneur. Mais bon j’ai rien entendu de nouveau. La fille à complètement disparu et personne n’a signalé la disparition de la victime. Il y a juste l’autre nuit un ivrogne de plus de 80 ans qui affirmait que la victime était sa grande sœur disparue une nuit d’été, tu imagines! Et qu’il avait vu son portrait robot sur le journal, mais je pense que cette homme était un peut dérangé et qu’il nous à pris pour un centre d’accueil. Il voulait dormir en cellule pour être à l’abri du tueur.
_et toi Kate! Tu penses que je suis dérangé comme cet homme? Que j’ai inventé le coup de la fenêtre? Lui demandai-je.
_Mike… je ne sais pas ce qu’il s’est passé chez toi, ni si elle à disparu comme tu le dis. Mais sache que je ne te prends pas pour un fou. Je suis un peu perdue c’est tout.
_merci! Bon sinon, tu as prévu quelque chose ce soir? J’ai envie de sortir ça fait un mois que je reste enfermé dans mes murs, je n’en peux plus.
_ce soir! Je suis nase. Je vais rester tranquille devant la télé.
_bon! Tant pis, j’allais te proposer d’aller boire un verre «chez Rossa», mais…
_ok! Je viens. Dit-elle sans me laisser finir puis elle reprit: «  Passe me prendre dans une heure. Le temps que j’aille prendre une douche car je viens de retourner toute un énorme conteneur avec Louis pour retrouver un sac de 20 kilos de cocaïne qu’un dealer avait planqué là. »
_ah c’est ça l’odeur! Je ne disais bien que ça sentait le fennec, hi hi. Lui répondis-je.
 
Une heure plus tard ,je l’attendais devant chez elle. Elle sortit cinq minutes après.
Elle était en jeans avec un décolleté noir, très sympa. Je ne put m’empêcher de lui dire.
_et moi qui me suis pas changé, j’ai l’air d’un clodo devant ton joli balcon.
_t’es con! Me dit-elle puis elle rigola ensuite.
 
Nous nous dirigions vers le bar, il était 20h. Nous commencions à boire quelques bières en évoquant quelques souvenirs et des choses bizarres ou drôles qu’on avait partagées durant notre coéquipe, quand Kate commença à se lever, avec énormément de mal, pour aller aux toilettes. Elle s’y dirigea et se retournant pour me dire :
_ne termine pas cet élixir sans moi, compris!
_oui!!! lâchai-je sur un ton moins saoûl qu’elle mais tout en me marrant.
Puis dix minutes passèrent et Kate ne revenait pas. Je me dirigeai vers les toilettes des femmes, l’alcool me donnait moins d’effet cela se voyait à ma démarche.
Je poussai la porte et appelai Kate, quand devant moi, deux femmes se tenaient près des lavabos, collées l’une contre l’autre et une des deux embrassait sa partenaire dans le cou. Je reculai et me retournai en m’excusant de mon intrusion et sortis des toilettes. Mais quelques secondes plus tard, je revis la scène des deux femmes qui étaient là -dedans. Puis comme si j’avais des photos face à moi, je reconnu les vêtements de celle qui se faisait embrasser, c’était Kate. Aussi il me semblait reconnaître la tignasse blonde de l’autre femme, c’était Elle… j’en étais pratiquement persuadé. Alors je fis volt-face et rouvris la porte…
 
Fin de la deuxième partie.

_Kate! Criais-je. Et toi… sale démon! Lâche là toute de suite.
La blonde releva la tête du cou de Kate et me fixa avec ses yeux rouges et la bouche recouverte de sang, j’apercevais aussi les crocs de ce monstre. Elle se mit à rire, un rire qui me résonna dans les oreilles, je due poser mes mains pour soulager ce bruit.
_tu as bon goût, inspecteur Mike, elle est délicieuse ta petite copine! Crachât-elle.
 
Je suffoquais, je n’arrivais pas à lui répondre, je vis Kate allongée sur le sol, je ne savais même pas si elle était morte, soudain celle qui avait hantée mes nuits, ma tête, se tenait face à moi. Elle avait posée ses mains autour de mon coups, elle serrait à peine pourtant la douleur était là. Elle continuait de me fixer, je compris que j’étais à nouveau sous son contrôle. Elle retira ses mains, mon visage glissa dessus et je tombais assis dos à la porte des toilettes. Aucuns sons ne sortit de ma bouche.
Mes yeux se posèrent encore sur mon amie.
La vampire s’accroupit et me chevaucha. Son visage humain était revenue. Elle posa ses lèvres sur les miennes. En m’embrassant j’eus le tournis et eu l’impression d’avoir fumer un joint comme quand j’étais plus jeune, des flashs bizarres passèrent dans ma tête. Il y avait des gens, qui hurlaient et me regardant, je voyais la peur dans leurs yeux. Je voyais tout en rouge.
 
Quand je vis enfin la lumière du jour. j’aperçus Kate, vivante, elle était belle et sa robe d’été, blanche caressait les fleurs du champ où elle se tenait et tournoyait comme une ballerine. Je marchais jusqu’à elle et me trouva juste derrière elle. J’entendis un rire en petit écho. Elle se retourna et me sourit. Elle poussa ses cheveux bruns et pencha la tête en m’offrant son cou. Je voyais les troues des crocs que la vampire lui avait fait. Comme une impulsion j’eus envie de la mordre ou peut être que je la désirait au plus profond de moi, sans me rendre compte.
Mais mon regard se dirigea rapidement sur une autre femme… ELLE! Encore cette buveuse de sang. La nuit tomba aussitôt dans le champs. Le vent souffla très fort et Kate se tenait toujours là avec la même posture. Elle attendait.
_goute là! Me dit la vampire. Boit son sang, il est mélangé au miens, vas y! Cria-t-elle.
Mes yeux se reposèrent sur la gorge de Kate, j’en avais envie et je voulu la regarder voir si elle m’offrait toujours cette envie qui devenait une obsession et quand elle tourna enfin son regard sur moi, je senti son pouls accélérer, elle poussa des cris et je vis la terreur dans ses yeux… je m’y voyais aussi, comme ELLE j’avais ces marques sur mon visage, j’étais un monstre comme cette démon blonde, j’y voyais mon visage transformé et je n’avais plus qu’une envie… boire le sang de Kate. D’un coup rapide j’y plongea mes dents et une fois de plus je me sentais bizarre ma tête tournait et mes yeux étaient troubles. La fatigue prit le dessus et je m’endormis. Tout était noir…
 
Un cris me réveilla. Mon regard trouble fit place à plus de netteté. Je compris très vite que j’étais toujours dans le bar, mais surtout dans les toilettes pour dames. D’ailleurs une d’elle était debout en criant de me voir ainsi… oui car je ne sais comment j’avais atterris de l’autre côté de la pièce sur une marre de sang et de plus j’étais pratiquement nu. Mes vêtements avait disparut. Je n’avais qu’une sorte de serviette qui cachait mon anatomie.
 
Quelques minutes plus tard, c’est une couverture que j’avais autour de moi, des collègues arrivèrent, surement pour me ramener chez moi. Le patron du bar discutait avec cette enfoiré de Berlik, qui se tournait vers moi discrètement, en me regardant avec un petit sourire de satisfaction.
Trois flics arrivèrent sur moi et au milieu des deux gars, c’était Kate… je n’y comprenais rien. Je la regardais et cherchais à voir son cou mais il était caché par l’uniforme. Je sautais sur Kate, la plaquait au sol pour vérifier ce que j’avais vu. Mais cela ne se passa pas comme prévu, elle me mit un coup de genoux bien placé et me poussa, puis les deux autres pointèrent leurs flingues sur moi, comme si j’étais un criminel. Tout le monde se retrouva autour de moi et je sentis comme une fatigue m’envahir, je clignais des yeux, on me mit les menottes et me récita mes droits… du moins c’est ce que je crus entendre. Car les voix étaient lointaines et je tombais de plus en plus dans un sommeil profond.
 
A nouveau je me réveilla, j’étais dans une cellule, seul. On m’avait habillé et nettoyé du sang qui avait eu sur moi. Mon boss se trouvait de l’autre côté des barreaux. Il me regardait comme un père regarde son fils quand il vient de faire une connerie. Il fit signe au gardien d’ouvrir la porte pour qu’il puisse entrer. Il s’assit à côté de moi, ne bougeant pas, il resta là. Le regard hors de cette pièce.
_Mike… que faisais-tu dans ce bar? Dit-il d’une voix calme.
_je… j’étais avec Kate. On a but des bières et…
_non, Mike! Kate était chez elle. Tu as bien vu qu’elle était la quand la brigade est arrivé. Tu la bien vu, puisque tu t’es jeté sur elle. Tu criais comme un fou, avec ce sang collé à ta peau. D’ailleurs de qui provient ce sang, car le labo n’a pas encore réussit à l’analyser, tout ce qu’on sait ce qu’il y a un mélange de sang.
_mais c’est le sang de Kate… ELLE… elle la mordu! Je sentis monter des larmes et mes mains commençaient à trembler.
_Mike, Mike… ne me dis pas que tu crois encore à cette folie! Écoute je crois qu’on aurait du te faire aller voir un spécialiste, au lieu de te laisser t’enterrer dans ton délire.
D’un coup de nerf, je me leva et l’attrapa d’un main et le souleva sans le moindre effort.
_JE NE DE-LIRE PAS!! dis-ai-je en découpant les syllabes.
Je reçu des coups de matraque dans les côtes, je le lâcha et je tomba sur le sol.
Mon boss sortit de la cellule, replaça sa chemise, renoua sa cravate et me dit :
_désolé Mike! Mais je vais devoir te faire interner. Tu es un danger pour la société.
Puis il disparut suivit de Berlik qui lui sautait dessus pour avoir des explications.
 
Je me sentais différent, de d’habitude. Soudain j’eus un doute. Je tapa et vérifia mon coup. Je ne sentis aucunes cicatrices, ni de petits troues. J’examinais mes bras rien non plus. Je repensais alors à ce rêve étrange dans ce champ et je me demandais finalement si je n’avais pas inventé tout ça. Mais pourquoi je me suis retrouvé nu et couvert de sang! Je me mit face aux barreaux, y posa ma tête contre celle-ci et passa mes mains à l’extérieur.
_tu n’es pas encore prêt! Dit une voix que je reconnue. Tu verras demain tout ira mieux.
Je leva la tête en sachant qui était devant moi. Je voulu l’attraper mais celle-ci recula trop vite. C’était encore ELLE. Je me laissais tomber par terre. Je voulais croire au délire.
Je me mit en position fœtus et me balança en la regardant et me disant « sors de ma tête… ». Mais elle restait là devant moi, elle était réelle même si elle n’était pas humaine.
Puis Kate arriva près la créature. Je me leva prêt à lui crier « non, ne t’approche pas! ».
mais Kate regarda la vampire et comme si personne d’autres que moi voyait la scène, elles s’embrassèrent devant moi et elles se misent à rire toute les deux en s’éloignant…
 
Fin de la troisième partie.

Alors que tout semblait être un rêve, je fermais les yeux un long moment. Je fini par m’endormir quelques heures. À mon réveil, étrangement ils restèrent fermés comme de force.
Je compris que la vampire était de retour et avait encore prit le dessus sur moi, j’étais une nouvelle fois sous son emprise.
 
Cela me paru long, puis j’eus la sensation de voler dans une nuit sombre. Je sentais presque le vent dans mes cheveux et caresser mon visage.
Puis je me senti comme dans un ascenseur et quand il va s’arrêter pour ouvrir ses portes, une autre sensation, cette fois moins agréable me vient, l’envie de vomir.
 
On me jeta au sol, toujours dans le noir total, je sentais la fraîcheur de l’herbe sous mes mains et mes pieds nus. J’étais encore dans un rêve ou bien étai-je vraiment dehors?
Je me sentais faible, j’avais perdu toute force que j’avais eu contre Berlik, quand je l’ai soulevé d’une main dans ma cellule.
 
Je sentais une présence tourner autour de moi, je savais bien que c’était «Elle»…
mais soudain un parfum de vanille que je reconnu me flotta jusqu’à mes narines. On aurait dit l’odeur de Kate.
_ça suffit Mike!
C’était bien Kate. J’entendis sa voix. Cela voulait dire qu’elle aussi était présente.
_arrête de penser, tu me donne mal à la tête. Et puis cesse de dire «Elle» à tout bout de champ! Elle a un nom… Helen, elle s’appelle Helen! Ne pense plus… parle non de dieu, sort de ma tête…
_Kate… aide moi! Je ne vois rien, dis-moi je t’en prie, dis-moi si elle… si Helen est ici!
Es-ce qu’elle a fait quelque chose de mal? Tu es devenue une vamp…
_oui je suis ici. Me coupa alors la vampire. Le seul mal qu’elle a eu était de voir que sa vie de mortelle était minable… je viens de lui offrir une vie meilleure.
Elle a vraiment transformée Kate! Je m’en doutais même si au plus profond de moi, j’avais espéré que tout ça n’était qu’un cauchemar.
_Mike… stop! STOP! Tu me tue… cria Kate.
_mais tu es déjà MORTE! Lui répondis-je.
 
Kate poussa un hurlement de douleur puis mes yeux s’ouvrit enfin. Je voyais flou quelques secondes et ma tête me tournait comme une mauvaise cuite. Nous étions dans une prairie, je sentais l’herbe sous mes pieds, le vent soufflait, j’avais une sensation de déjà vu. Oui tout ça ressemblait à ma vision lorsque j’étais ivre et étalé au sol dans les toilettes du bar l’autre nuit.
 
Face à moi, Kate était à genoux, les mains posées sur ses oreilles. Helen se tenait près d’elle, debout s’amusant à tournoyer les boucles des cheveux de Kate, le sourire aux lèvres. On aurait dit que ça calmait Kate.
_tout cela devient intéressant inspecteur! Dit-elle. Tu es le premier que je rencontre, je croyais que les êtres comme toi étaient une légende. Je ne l’ai pas senti quand je t’ai rencontré la premier fois, car je n’ai pas la chance de lire à travers les âmes comme notre petite amie ici présent. Mais grâce à elle, je sais enfin qui tu es… et je comprend mieux maintenant cette attirance que j’ai envers toi.
_quoi? Mais qu’es-ce que tu raconte?
_tu es le chasseur… un tuer de vampire, tu n’as pas besoin d’arme pour transpercer nos cœurs, certaines de tes paroles suffissent pour nous anéantir. Mais tu n’as pas l’air si dangereux qu’on le prétend. Ton pouvoir ne c’est même pas activé, d’après ce que je peux en juger. Notre jolie Kate te connait encore mieux que je ne le pensai. Il n’y a qu’une petite poignée de notre clan qui réagissent aux pensées des chasseurs. C’est un très grand honneur de posséder ce don. Elle est comme en fusion avec vous. Elle a le pouvoir de vous faire faire n’importe quoi. Avec elle à mes côtés, je vais pouvoir assurer encore mieux mes arrières.
HA HA!!! ça va être encore plus facile de t’écraser comme un cafard. Mais j’aimerai jouer avec toi avant de te tuer.
_tu es complètement folle… je ne sais pas de quoi tu parle.
 
Je ne comprenais rien à ce qu’elle disait. «Je serai une sorte d’élu. Quelqu’un qui tue les vampires. Mike reprend toi… n’écoute pas cette folle… voilà que je me parle à moi même à présent».
_je me demande ce que ça ferait de toi, si je te transformai en vampire au lieu de te tuer bêtement… un vampire qui tue d’autres vampires! Ça pourrait être cool! Je ne vais pas tarder à le découvrir. Ne bouge pas mon choux, je vais juste planter mes crocs dans ton cou et te faire boire mon sang!
_…
Impossible de sortir le moindre mot, elle recommençait à m’envoûter. Elle s’avançait lentement vers moi, si j’étais vraiment ce qu’elle prétendait être, pourquoi je restais toujours sous son emprise?
Elle disait que je n’étais pas activé… qu’es-ce qu’elle voulait dire par là?
Comment je pouvais-je activer quoique ce soit si moi même je ne savais qui j’étais?
Trop de questions me passait par la tête, Helen se tenait à quelques centimètres de moi, prête à m’envoyer en enfer.
 
Quand je vis Kate se remettre à pousser des gémissements suite à mes pensées. Quelque chose me revient en mémoire et je repensais à ce qu’avait dit Helen. Kate pouvait entrer en télépathie avec moi… essayons quelque chose.
«Kate… tu m’entend… s’il te plait Kate, aide moi! Je sais que mes pensées te font souffrir, mais vient à mon secours, je t’en pris! Je pense que tu n’es pas encore totalement transformée et qu’on peux trouver une solution pour que tu redevienne humaine… Kate!!! sauve moi…»
_NON… NON! Sort de ma tête. Laisse moi, je ne peux pas t’aider… me répondit-elle.
 
Helen qui se dandinait devant moi en arrachant ma chemise, fit volt-face vers Kate.
_on manigance dans mon dos?
Puis elle se retourna vers moi. Ses yeux avaient changés de couleur. Ils étaient rouge, comme la colère qui l’envahie. Ses traits de démon recouvraient aussitôt son visage. Je vis alors sa vrai nature de vampire.
_tu n’es pas gentil, inspecteur. Je vais devoir vous séparer quelques instants! Repris t-elle.
D’une seule main, elle me poussa avec une force incroyable sur plusieurs mètres.
J’étais planté au sol. Impossible de bouger, tellement j’avais mal.
Elle couru comme un éclair vers Kate, lui attrapa le bras et la projeta aussi, assez loin pour couper la connexion qu’il y avait entre nous.
Puis, elle revient comme une furie, bondit sur moi comme un animal sur sa proie et me mordit sans plus attendre.
Elle se redressa sur moi, du sang de sa bouche dégoulinait sur moi… mon propre sang.
Son regard plongea dans le miens. Mais ma vision se troubla aussitôt. Puis revient.
 
Helen s’apprêtait maintenant à me faire goûter son sang. Elle sorti un poignard à la lame en argent, le marche était en or, incrusté de pierre. Surement une arme de cérémonie. Alors que j’étais sur le point de mourir, je continuai d’admirer cette objet.
Elle pointa la lame sur le haut de sa poitrine et trancha légèrement une petite ligne horizontal. Posa son poignard près d’elle et me releva la tête sur la coupure qu’elle venait de se faire, afin que je puisse boire à mon tour.
 
C’est alors que derrière Helen, se retrouva Kate qui se tenant debout. Elle avait réussit à ne pas attirer l’attention d’Helen, qui était trop occupée avec moi.
Je vis ensuite Kate prendre la l’arme et d’un grand coup la plonger dans le dos d’Helen au niveau du cœur.
Helen se redressa alors, ses yeux rouge me fixa avec une telle surprise. Elle ouvrit la bouche, comme pour me dire quelque chose… mais ce fut juste un cris strident qui se fit entendre avant d’exploser en poussière tombant sur moi.
 
Kate me souleva d’un coup, m’attrapa par la taille et me dit :
_Mike, c’est fini… j’aimerais maintenant que tu ne pense plus à rien et que tu ferme les yeux. Je veux que tu ais confiance en moi, je ne te ferai pas de mal. Enfin pas encore.
_tu vas me torturer? Lui demandai-je avec un petit sourire dont je ne compris pas pourquoi. Peut être parce qu’elle venait de me sauver ou bien je voulais finir ma vie près d’elle.
_non, comme tu l’as pensé toute à l’heure, je suis encore un peu humaine malgré tout.
Et mon côté humain veut que tu vive. Alors profite de la ballade et ferme-là!
Je reconnu bien l’humour de ma coéquipière, mon amie… mon amour.
Je ferma les yeux comme elle me l’avait demandé et comme toute à l’heure, je ressenti la sensation de voler dans les airs.
 
Quelques instants après, nous nous posons sur quelque chose de dure et froid. J’ouvris les yeux avec beaucoup de mal. Nous étions en ville. Elle me plaça contre les portes d’un hôpital. J’étais faible, je n’avais plus la force de parler.
 
_tu as perdu beaucoup de sang… je me demande comment j’ai pu me retenir de ne pas te vider entièrement. Dit-elle.
Puis elle recula lentement. Ses yeux changeaient de couleur. Son côté démoniaque reprenait le dessus. Elle eu juste le temps de me dire : adieu, Mike! Rendez-vous en enfer… puis elle disparue totalement dans la ruelle sombre.
 
Mes yeux se ferma à nouveau. J’entendis du mouvement autour de moi. Des gesticulations… un défilé de lumière blanche comme des néons.
_on le perd…
_…
_il plonge dans le coma…
_…
 
Une fois encore je me sens bien. Je survole le ciel, cette fois je le vois. Je n’ai plus besoin de fermer les yeux. Il fait un temps magnifique. Je tourbillonne avec les nuages. Je plane au dessus de notre bonne vieille ville.
Je continue ma route, sans penser à rien d’autre. Je me sens vivant et libre pour la première fois.
 
Quelque chose me pousse à aller vers ce grand bâtiment blanc. Je sais pas pourquoi je dois y aller, mais j’y vais. Je traverse à travers les épaisseurs de béton et me retrouve dans une chambre… d’hôpital. Je plane au dessus de moi-même.
Je me vois dans un lit… branché de partout… puis j’entends un bruit me résonne aux oreilles.
Des gens qui arrivent en courant dans tout les sens. Puis repartent. L’un d’eux dit aux autre :
_il nous à quitté.
 
La nuit arrive. Le lit est vide et moi je suis toujours là, à regarder la scène, j’ai compris que j’étais mort. Et pourtant je suis encore là.
Quelqu’un me regarde de dehors, à travers la fenêtre. C’est Kate. Elle est accroupit et me sourit.
_je savais que tu reviendrais Mike. Mais j’espérai que tu revienne autrement. Nous allons passer l’éternité à nous affronter. Tu es le chasseur et moi le gibier.
_que je sois bon ou mauvais… tant que je serai près de toi, ça m’ira.
 
«maintenant, je sais qui je suis. Je suis Mike, un ange, chasseur de vampire et mon cœur appartient à l’un d’entre eux».

Fin
Tony Rpn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *