Ted Buchanan

Joué par : John Ritter
Classe :  Robot
Statut : Détruit
Menace :  Importante
Apparition(s) : 1 (Saison 2)

Mythologie/Démonologie 

          Jusqu’à présent, les robots, ou androïdes, relèvent principalement du domaine de la science-fiction, même s’ils ont existé antérieurement à l’édification du genre. Grecs, Romains, Babyloniens, Egyptiens, Chinois : tous ont rêvé d’une machine ayant l’apparence et le comportement d’un être humain, bien avant qu’on commence à parler de robots ou d’androïdes. Depuis l’antiquité, l’Homme a toujours rêvé d’atteindre l’immortalité en créant des réceptacles pour sa psyché. Mais dans de nombreux cas au cinéma et à la télévision, les robots peuvent faire peur et échapper au contrôle de leurs créateurs. Buffy contre les vampires ne s’est pas gênée pour ajouter les robots à sa propre galerie des horreurs.

.

.

.

Biographie

 

          Ted Buchanan avait rompu avec sa femme et ne s’en était pas remis, lui reprochant les conséquences de sa rupture. Sans doute atteint de mégalomanie, et dans un excès de psychose, il se confectionna un robot à son image, qui lui survécu puis reproduisit par quatre fois le schéma de son créateur en tentant de trouver la femme idéale et obéissante, avant de l’assassiner quand celle-ci voulu se défaire de son emprise. Déterminé par la façon dont il fut programmé, le robot Ted n’avait que pour seul objectif de trouver la femme qui accepterait de remplir le rôle dévolu.

          Parfaitement assimilé à la civilisation, il travaillait comme vendeur en télémarketing sans que personne ne remarque sa vraie nature. Un des secrets bien gardés de Ted est qu’il dissimulait de la Dématorine, une substance tranquillisante similaire à l’ecstasy, capable de rendre ses consommateurs malléables et dociles, dans la cuisine qu’il confectionnait, et avec laquelle il séduisait les femmes.

          Après avoir tué ses quatre premières femmes et avoir entassé les corps dans un placard de son appartement, Ted jette son dévolu sur Joyce, qu’il séduit facilement. Les deux adultes se rencontrent à la galerie d’art de Joyce alors que celui-ci vient remplacer le système informatique, puis ils se voient régulièrement, et Joyce, totalement ignorante, en tombant sous le charme, tombe alors dans un piège dangereux. Mais quand il fait de Joyce sa nouvelle victime, Ted ignore alors qu’elle est la mère de la Tueuse.

          Le courant ne passe pas entre le robot et la Tueuse, qui se montre d’emblée suspicieuse avec son « beau-père ». Et malheureusement pour Ted, Buffy n’avale pas une bouchée de sa cuisine ensorcelée. Il ne peut donc pas la soumettre !

           Puis, rapidement, le ton monte, Ted s’immisce dans les secrets de Buffy, lit son journal intime, la menace et les coups partent. Buffy envoie Ted finir sa chute dans un escalier après un coup mal placé. Celui-ci est alors ramassé inerte pas les autorités et tout le monde, y compris Joyce, accuse Buffy d’avoir causé la mort accidentelle de son beau-père.

           Alors que tout le monde le croit mort, voilà que Ted réapparaît dans la maison des Summers, assomme Buffy et s’empresse d’emmener Joyce avec lui, en lui expliquant qu’il est resté cliniquement mort pendant plusieurs minutes, avant que son cœur ne se remette à battre. Joyce, toujours ignorante, le croit d’abord puis prend peur ensuite, devant la précipitation de celui-ci à vouloir quitter le domicile. Tandis que le robot disjoncte littéralement à cause d’un coup porté sur ces circuits internes par la Tueuse, Joyce oppose de la résistance face à lui, et le robot l’assomme alors à son tour, s’apprêtant à l’emmener rejoindre les quatre autres femmes.

          Mais Buffy ne le laissera pas sortir de chez lui vivant. Elle le détruira à coup de poêle sur le crâne avant de le démembrer et le jeter aux poubelles. Joyce, quant à elle, persuadée d’avoir eu affaire à un psychopathe, n’apprendra la vérité sur l’identité de Ted que plus tard.

Symbolisme 

          Ted, le beau-père de Buffy, est une métaphore originale. Il est là pour mettre en lumière la crainte des enfants de divorcés quand ils voient entrer un beau-parent dans leur famille. D’abord, le parent va essayer de « vendre » son nouveau partenaire à son enfant, en ventant bien sûr ses qualités. Après, c’est au partenaire de se « vendre » lui-même, comme le fait Ted dans cet épisode. Il va poser des questions sur l’école, les amis, les loisirs pour se gagner la sympathie de l’enfant et, à force, il finira par parler comme un robot. Les collègues de Ted le qualifient de « machine à abattre », ce dernier étant un commercial qui « se vend » mécaniquement auprès des femmes comme il vend mécaniquement ses produits à ses clients.

Notre avis 

L’idée du robot Ted soulève des sujets réellement pertinents, et surtout très sérieux. La plus grande crainte pour un enfant de famille monoparentale est que son parent le délaisse pour son nouveau partenaire. Buffy éprouve cette angoisse et, n’ayant ni frères ni sœurs, les seules personnes à qui elle peut se confier son ses amis. Or, il se passe quelque chose de terrible parce que ses amis refusent de l’écouter. Soit ils se rangent du côté de Ted et de Joyce, soit ils lui reprochent de prendre la situation trop à cœur. L’histoire prend un tour vraiment dramatique quand Buffy tue Ted et se demande pour la première fois, si c’est bien un démon qu’elle a éliminé.

 
          Ce qui rend le personnage de Ted Bucchanan si précieux, c’est le talent de son interprète, John Ritter. Cependant, si vous aviez assassiné vos quatre femmes, vous ne les cacheriez pas chez vous, dans un placard ! Le fait que Ted soit un robot est déjà étrange, mais le transformer en tueur en série est carrément gratuit. Le dénouement de l’intrigue au sujet de la vraie nature de Ted sape considérablement la résonance émotionnelle des sujets soulevés. La fin tombe un peu à plat, c’est dommage, mais l’excellent John Ritter rattrape à lui seul cette maladresse.