Stewart Burns

Joué par : Georges D. Wallace
Classe : Mutant
Statut : Décédé
Menace : A considérer
Apparition(s) : 1 (Saison 6)

Biographie

       

          Stewart Burns était un être humain qui vivait à Chicago au début du XXe siècle. En 1914, l’une des femmes de Stewart invoqua Anyanka, qui maudit alors ce dernier en le métamorphosant en démon hideux pour le punir de son adultère. Pour rendre les choses encore pires plus douloureuse pour lui, Anyanka l’envoya dans une dimension infernale où il a fut torturé pendant près de 80 ans. Il est néanmoins devenu éternel et trouva le moyen de reprendre forme humaine à sa guise.

          Au cours des huit décennies durant lesquelles il fut torturé, Stewart Burns a passé son temps à planifier sa revanche. Il a finalement trouvé le moyen de revenir dans notre dimension, avec la ferme intention de faire échouer le mariage d’Anya et Alex. Apparaissant sous sa forme humaine de vieillard, Stewart s’est présenté comme la version future d’Alex venu le prévenir de ne pas comettre l’erreur de se marier. Puis, il lui montra les visions du pire avenir possible que lui et Anya pourraient partager dans une Sphère de l’avenir, affirmant que l’unique moyen de l’éviter était la rupture. Cela a servi de catalyseur aux d’Alex sur le mariage, et celui-ci renonce à se marier en abandonnant Anya devant l’autel.

          Anya a ensuite confronté Stewart, qui, satisfait de sa revanche, s’est révélé à elle. Après une brève bagarre avec Buffy Summers, Alex est revenu et a porté le coup de grâce à Stewart Burns, comprenant qu’il n’était pas sa version du future mais un imposteur. le démon avait toutefois réussi son oeuvre de vengeance.

Symbolisme

         Dans une épisode qui parle du mélange des classes et de la honte des belles-familles à intégrer un autre cercle (phénomène plus courant qu’on ne le croit), avec ces familles qui cherchent à imposer leurs valeurs au lieu d’accepter les différences et les origines des partenaires de leurs enfants, Stewart Bunrs sert de catalyseur à la peur de l’engagement que ressent Alex Harris, qui a plus que tout de devenir un Harris comme ceux de sa famille, avec la vision de son père et de sa mère en tête. Stewart Burns laisse croire à Alex qu’il est le Alex du futur et ne fait qu’exploiter les peurs de l’avenir : un avenir plein d’amertume et de routine, enlisé dans le train-train quotidien d’un couple de la classe moyenne populaire. Alex ne veut pas s’enliser comme ses propres parents. 

Notre avis 

Le démon n’est pas fameux, semblable à tant d’autres et son histoire pas très recherché. mais le fait qu’il vienne désacraliser le mariage et mettre le doigt sur un problème réel, celui de la peur de l’engagement, lui donne un semblant d’intérêt. La relative faiblesse du scénario et les clichés mélodramatiques utilisés ne parviennent hélas pas à faire entrer ce monstre dans l’histoire. Georges D. Wallace est néanmoins ressemblant pour interpréter le « Alex du futur », car il a des traits communs avec Nicholas Brendon. La façon dont meurt le monstre est plutôt idiote et on aurait préféré le voir échapper à Anya pour jouir de sa revanche, ruminée pendant 80 ans.

.