Dracula

maitre

Joué par : Rudolf Martin
Classe : Vampire Supérieur
Statut : Actif
Menace : A surveiller
Apparition(s) : 1 (Saison 5) + Comics

Mythologie/Démonologie 

          Le comte Dracula est un personnage de fiction, un vampire de Transylvanie, créé par l’écrivain Bram Stoker dans son roman éponyme Dracula en 1897. Il a été repris et transformé par la suite dans de nombreuses œuvres, notamment au cinéma. La représentation du comte Dracula a même évolué dans le temps.

          Dracula possède une personnalité très ambiguë. Au fil des années, Dracula est passé du monstre sanguinaire sans aucun sentiment à un vampire capable d’aimer, de pleurer ou d’avoir de la sympathie envers quelqu’un. Ce grand vampire est devenu aussi maléfique et machiavélique, poussant ainsi le spectateur à avoir pitié de lui.

          On ne compte plus les adaptations de Dracula, tant celles-ci sont nombreuses. Pourtant, aucune de ces adaptations ne nous livre la même lecture. Le personnage de Dracula a ceci de fascinant qu’il représente un véritable catalyseur : en lui se cristallisent des représentations très diverses selon la personnalité des personnes qui l’évoquent. Il semble qu’il possède ce pouvoir de libérer des fantasmes, des attentes, mais également des représentations culturelles.

          Il peut se transformer en loup, en chauve-souris, en chien, en brouillard et en particules de lumière dansant dans un rayon de lune, mais aussi en homme séduisant. Il est capable d’hypnotiser ses proies qui sont ainsi en son pouvoir. Il est capable aussi de flotter dans les airs et se rendre maître des éléments. Il peut voir dans la nuit, faire lever le vent ; il est immortel et le sang de ses victimes le fait rajeunir. Il possède une force surhumaine et des sens sur-développés. Néanmoins, les facultés prêtées à Dracula varient selon les versions.

          Les vampires, du moins ceux que les versions occidentales modernes nous donnent à voir, le deviennent en ayant été mordus par un autre vampire. Si certains auteurs appliquent cette loi à notre personnage, en général, d’autres explications sont avancées. Car Dracula est un vampire bien particulier : pour son créateur, il s’agit du vampire originel, du premier vampire !

          Le personnage de Dracula a tiré sa popularité actuelle davantage du cinéma que de la littérature. Il existe environ 200 films dans lesquels le roi vampire tient le rôle principal, ce qui en fait une des figures cinématographiques les plus populaires. Chacun de ces films adapte différemment l’œuvre de Stoker : l’intrigue et les caractéristiques des personnages, y compris leurs noms, sont rarement les mêmes.

Biographie

          Dracula est le vampire originel, devenu célèbre et puissant, possédant des capacités rares, comme l’hypnose, la transformation ou la régénération, qui le placent au dessus du vampire moyen. Considéré par beaucoup d’experts en vampirisme et en démonologie comme un mythe, il aurait selon Spike vendu son image au XIXe siècle pour la notoriété, révélant ainsi les faiblesses des vampires et provoquant l’inquiétude de la communauté vampirique. A la fois allié et ennemi de Buffy, il vint à Sunnydale pour en faire sa concubine, et tous les membres de la bande déclarèrent être honoré d’affronter un ennemi si populaire que lui.

          Dracula précise qu’il a engendré le Mal sur Terre et tué plus de victimes que tous les fléaux des dieux réunis. Il a rencontré Anyanka, la sainte patronne des femmes bafouées, alors qu’elle était âgée d’environ 700 ans et venait de maudir un homme infidèle.

          Après être parvenu à s’infiltrer chez les Summers pour goûter au sang de Buffy, Dracula hypnotisa Alex pour faire de lui son émissaire et son serviteur. Faisant mine d’être sous l’emprise du ténébreux vampire, Buffy demanda à Alex de le conduire jusqu’à la prestigieuse demeure du comte Dracula, à la périphérie de Sunnydale. une fois sur place, elle tenta de le planter avec un pieu en plein cœur, mais celui-ci parvint à nouveau à l’hypnotiser et lui faire boire son propre sang.

          En goûtant à son sang et son côté le plus obscur, la Tueuse reprit le dessus sur le vampire et se libéra de son emprise. Un duel musclé s’en suivit qui se conclu par la victoire de la Tueuse.

          Mais impossible de vaincre le vampire immortel, qui se transforma en brume à chaque nouvel échec pour mieux reprendre forme après. En dépit de son immortalité, Dracula abandonna l’idée de faire de Buffy sa concubine, comprenant qu’elle était trop forte pour lui résister. il quitta alors Sunnydale.

          Ce que la bande, et surtout Alex, ignorait encore en 2000, c’est qu’ils recroiseraient la route du comte Dracula après Sunnydale, quelques années plus tard.

Symbolisme 

          L’idée de cette rencontre entre Buffy et le légendaire Dracula est d’introduire le thème de la saison, dans la continuité de « 4×22 Cauchemar », qui est la découverte des origines de la Tueuse et de son côté sombre. Pour cela, les scénaristes avaient besoin d’un vampire particulièrement puissant et charismatique, capable de faire entrevoir à Buffy son côté le plus obscur.

          Mais au delà de ça, on pourrait mettre en lumière l’érotisme sous-jacent du personnage. L’attraction qu’exerce le comte sur Buffy est explicite. Derrière l’aspect symbolique de la morsure du vampire on soulignera son caractère éminemment sexuel. Le vampire visite en effet sa victime la nuit, dans son lit et la mord dans le cou, qui est un endroit du corps sensiblement érogène. Quand on sait à quel point Buffy a besoin d’un homme dangereux dans son couple, on pouvait déjà deviner à l’époque, avec Dracula, que Riley ne ferait pas l’affaire bien longtemps avec la Tueuse.

.

.

Notre avis 

Joss Whedon suggéra que Dracula – désormais tombé dans le domaine public – pourrait incarner le vampire qu’il leur fallait pour permettre à Buffy d’entrevoir son côté obscur. Marti Noxon, qui a écrit le scénario de l’épisode, estime que cela a été l’un des épisodes les plus difficiles à écrire de toute la série car elle était limitée par la durée alors qu’elle sentait qu’elle pouvait en écrire beaucoup plus sur Dracula. L’intrigue autour de vampire estévidemment prévisible à partir du moment où l’on connaît un minimum la légende de Dracula, et le personnage, joué par un Rudolf Martin peu impressionnant, n’est pas du tout terrifiant, même s’il demeure très bon. Dracula reste surjoué, mais certains au sein de notre rédaction souhaitaient le voir réapparaître plus souvent. Le personnage est cependant de nouveau exploité dans les comics.