Prothèses, Maquillage et Coiffures

En Novembre dernier, nous avons eu le privilège de pouvoir interviewer Todd McIntosh, qui a gentiment accepté de répondre à nos questions. Il nous a appris beaucoup de choses. Dans le même temps, nous regrettions la disparition prématurée de John Vulich. Ce dossier nous offre la possibilité de rendre hommage à John Vulich et de remercier Todd McIntosh. 

Partie I – Prothèses

Partie II – Maquillages & Coiffures

 I – Les prothèses

Parfois, les précisions apportées sur tel ou tel démon dans les scripts étaient moindres et Optic Nerve devaient plus ou moins improviser en fonction du peu d’éléments dont ils disposaient. Les « Durs à cuir » dressés par Maggie Walsh, qui attaquent Buffy dans « 4×13 Piégée » étaient décris comme tel dans le scénario : « Démon à l’aspect brutal ». Difficile pour Vulich de dessiner un croquis de base avec ça !

Le plus difficile pour Optic Nerve fut peut-être de créer et d’appliquer des double prothèse qui donnent l’illusion d’une peau arrachée pour laisser apparaître un faciès démoniaque, comme pour les hommes-poissons ou pour Kathy, la colocataire de Buffy !Fixer le tout et s’assurer que le premier masque – celui du visage – va s’enlever sans mal est un travail complexe. C’est néanmoins le genre d’expérience, qui lorsqu’elle fonctionne bien, laisse un souvenir impérissable. 

  

    

 

          Le regretté John Vulich et son équipe sont responsables du département « Maquillage effets spéciaux » sur les cinq premières saisons de Buffy, et travaille en collaboration avec la compagnie Optic Nerve. C’est à eux que l’on doit les masques en latex, les lentilles de contact et les prothèses en silicone que l’on applique aux acteurs et aux cascadeurs pour les changer en vampires ou en démons, vieillir les personnages ou leur infliger des blessures fictives.

           L’équipe créé aussi des moulages corporels et sculptent les traits du visage dans la mousse. La société Optic Nerve fabrique aussi les « pièces détachées » dont la série à besoin (têtes tranchées, bras coupés, oeufs de Bezoar ou encore bassine remplies de globes occulaires).  

          De Adam aux démons Mok’tagar, en passant Anyanka ou encore les chiens de l’Enfer, tous les démons viennent de là. Beaucoup de démons ont des cornes, mais Vulich essaie de trouver des détails supplémentaires, comme des crêtes ou des excès de chair. Joss Whedon en revanche, n’aime pas les démons avec une queue, qu’il trouve plus ridicule (raison pour laquelle Buffy craint de se retrouver avec une queue démoniaque dans « 3×18 Voix intérieures »). 

            Généralement, Optic Nevre parvient à créer ce que la production attend grâce aux précisions apportées – en quelques lignes – dans le script, sur l’apparence du démon ou de n’importe quel autre personnage. A partir de là, John Vulich dessine quelques croquis puis les soumet aux producteurs ou à Joss Whedon, qui y apportent les changements nécessaires. Rares sont les fois ou Optic Nerve s’y est repris en plusieurs fois pour la conception d’un démon. 

         

          En trois jours, Vulich est parvenu à créer Balthazar, le démon de 225kgs dans « 3×14 El, Eliminati ». Parmi ses créations, con compte aussi l’Hydre de la Bouche de l’enfer dans « 1×12 Le Manuscrit » et « 3×13 Le zéro pointé » et Machida dans « 2×05 Dévotion »

          Aucun recyclage n’a été fait pour créer les prothèses d’Adam. C’est donc un assemblage de morceaux « entièrement neufs ». Pour créer Adam, Optic Nerve a eu droit à deux semaines de délais, soit plus que la normale, mais le personnage demandait, il faut dire, deux fois plus de temps de travail que pour les autres. En temps normal, Optic Nerve conçoivent seulement la tête du démon (sorte de capuchon auquel ils fixent un visage), mais pour Adam, il a fallu créer un corps entier, fabriquer un moulage de son pectoral et de ses bras, insérer les accessoires supplémentaires (lecteur disquette, broche, casque etc…) et faire les essayages avec Georges Hertzberg (qui joue Adam). 

John Vulich et son équipe travaillaient entre neuf et dix-huit heures par jour. Après l’épisode « 4×10 Un silence de mort », qui a demandé une somme folle de travail, ils ont sans cesse été débordés, car les épisodes qui ont suivis ont demandé la même somme de travail. Les épisodes « 4×12 314 » et « 4×13 Piégée » ont été parmi les plus durs à réaliser.

Pour déterminer quel niveau de prosthétique il fallait employer, plusieurs facteurs entraient en jeu, parmi lesquels : le temps d’intervention du personnage à l’écran, s’il a des ligne de texte ou s’il dfait simplement de la figuration, de la durée de sa/ses scène(s), de ses interactions avec les autres personnages, mais aussi et surtout du budget dont ils disposent.

   

 

        

Parfois, pour ne pas dépasser le budget fixé, Optic Nerve réutilisaient des parties du costume prosthétique, comme les gants par exemple. Les acteurs qui n’avaient pas de textes pouvaient porter des prothèses dentaires à faible budget. Ceux qui devaient parler utilisaient de fausses dents d’un modèle particulier.

L’une des difficultés technique pour les acteurs en costume qui réalisent des scènes d’action est de produire une prothèse solide. Optic Nerve a dû revoir sa conception de corne, avec un matériau flexible et une armature pliable, à cause des déboires de cornes se tordant lorsque le démon est poussé violemment contre un mur. 

                A l’origine, le maquillage des vampires devait être morbide et très blanc, mais Joss Whedon y rennonca pour les rendre plus humains, en partie à cause d’Angel, mais aussi parce que le temps de pose était trop long. Mais en tant que fan de films d’horreur, il regrette néanmoins de ne pas avoir pu l’utiliser.

          Quand il s’agit d’un personnage qui se métamorphose, comme dans le cas du loup-garou, le budget détermine en partie le nombre de stades de la métamorphose qui apparaîtront à l’écran. Ce genre de technique coûte cher, et montrer les différents stades de la transformation à l’écran demande autant de maquillages que de stades. Il faudra ensuite assembler les images numériquement. EN général, ce genre de procédé n’apparaît pas plusieurs fois au cours d’un épisode. Dans le cas de Oz, les choses ont changé entre sa première conception dans « 2×15 Pleine lune » avec une tête mécanique, et ses apparitions suivantes, plus naturelles, et avec des prothèses faciales, dans « 3×04 Les belles et les bêtes », « 3×13 Le zéro pointé » et « 4×06 Coeur de loup-garou » et « 4×19 Un amour de pleine lune ».  

Parmi les défis techniques qui ont posé soucis, on se rappelera de l’Hydre de la Bouche de l’Enfer, dont le costume était si gros qu’il a dû être manipulé par plusieurs technicien pendant le tournage, des lianes de la Jungle surnaturelle qui poussent dans Lowell House (« 4×18 La maison hantée »), mais aussi du démon Gora dans « 5×17 Pour toujours… » qui étaient devenu si immobile qu’il a dû être filmé en gros plans pour ne pas montrer son inertie et sa lourdeur.

 II – Le maquillage & les Coiffures

En moyenne, un vampire reste deux heures vissé sur le siège de la caravane Maquillage de Todd McIntosh. Pour les autres créatures, le maquillage peut prendre jusqu’à cinq heures. Robia LaMorte avait avoué, pour son maquillage d’Eyghon dans « 2×08 La face cachée » avoir eu envie de bondir de son siège et de déchirer le masque.

    

Anne / Lily                –                Sunday

Il n’existe pas de maquillage standard pour les personnages principaux, et Todd McIntosh et son équipe tente toujours de changer les choses au gré des épisodes et des scènes. Quand les personnages sortent au bronze, par exemple, Todd tente toujours quelque chose de spécial. Vous remarquerez que le maquillage d’Alyson Hannigan a sciemment évolué. Elle est partie de presque rien, puis elle a mis un peu de fard pour arriver à un maquillage stylisé. Son amie Buffy l’a peut-être fait pour elle, ou l’influence de Cordélia y est peut-être pour quelque chose. Ceci prouve que travailler sur une série présente un avantage certain, parce que les maquilleurs y développent une démarche à long terme. 

  

          Todd McIntosh est le chef du département maquillage de Buffy contre les vampires. Il ne fabrique pas les prothèse, mais se contente seulement de les poser et de les maquiller. Après la saison 4, sa charge de travail s’est alourdie, si bien qu’ils ont dû embaucher deux personnes supplémentaires. Réussir à tout faire dans les temps tient souvent de la ruée du miracle. Travailler dans ce milieu était stimulant pour Todd, qui devait régulièrement produire dans l’urgence, avec des interventions de dernière minute sur les plateaux. 

           Il s’agit de repeindre des monstres ou les présenter sous un meilleur jour. Parfois, quand Joss Whedon se rend compte que les choses ne collent pas ou passe mal à l’écran, Todd se dépêche de trouver les solutions d’urgence. Dans « 4×02 Cohabitation difficile », les démons Mok’tagar avait un teint naturel Terre de Sienne. A l’écran, ils ne se détachaient pas vraiment. Il a donc fallu les repeindre en orange citrouille pour que ça fonctionne. Avec une série d’action comme Buffy, il y a toujours des retouches à faire. 

          Tous les produits et leurs couleurs subissent une déperdition de quelques points sous les projecteurs ou au développement de la pellicule, surtout quand il y a du bleu. La série produit plus de maquillage « théâtral » que pour un film, et Todd McIntosh et son équipe connaissent leurs limites. A cause de son soucis du détail, Todd perd parfois du temps sur des petites choses qui ne se voient même pas à l’écran. Il a finalement appris avec l’expérience à aller à l’essentiel. 

          Pour une série comme « Buffy« , le maquillage n’est pas superficiel. Todd garde toujours ce qu’il appelle un « style comique ». Tout le monde à l’air superbe, coiffé, poudré et tiré à quatre épingles. Pour les actrices, il y a plus de maquillage que pour une série dramatique conventionnelle. Mais c’est d’avantage un rapport avec la nature de Buffy qu’avec le résultat obtenu à l’écran. 

          Quand un scénario fait appel à une nouvelle créature, c’est à McIntosh qu’il incombe le résultat final qui correspondra à la vision de Joss Whedon. Il s’entretient avec lui lors des réunions de production, et assure la coordination entre Optic Nerve et le tournage. 

          Il y a plusieurs type de démons. Fondamentalement, les acteurs ont des masques qui leur couvre la tête. il n’y a pas d’articulation ni aucune finition, car il n’y a pas de plans rapprochés sur eux. Leur déguisement est donc rudimentaire. Le masque est posé sur le crâne avec un peu de colle autour des yeux et de la bouche et le tour est joué ! Il y a ensuite les démons plus sophistiqués, avec une sorte de capuchon sur lequel ils disposent le masque en latex. Ce capuchon est parfois monté sur un déguisement de monstre. Le travail est long et compliqué. Puis, plus proche du maquillage classique, McIntosh peut poser des prothèses directement sur l’acteur. Les gentlemans sont un bon exemple de cette méthode, celle qui exige le plus de travail. 

    

Todd McIntosh a pris plus de plaisir à maquiller les loups-garou et les Gentlemans que d’autres créatures comme Kathy. Toute la partie qui concerne le maquillage des acteurs, donc l’art dramatique l’intéresse plus que les démons du genre fantastique.

  

Certaines séries ont des équipes spécial pour le démaquillage. Chez McIntosh, c’est son équipe qui maquille et qui démaquille. i aide toujours les acteurs à retirer leurs prothèses et leur maquillage.

Le port d’une prothèse est une compétence spéciale. Certains acteurs sont bien avec elle tandis que d’autres ont de mauvaises réactions. Une actrice sentait que la partie du cou de la prothèse l’étouffait. D’autres sont claustrophobes. Un acteur nous a quitté et a dû être remplacé parce qu’il ne pouvait porter le masque facial. À plus d’une occasion, nous avons également eu des acteurs allergiques au latex qui avaient des réactions cutanées.

Pour aller plus loin :

Lire Notre Interview de Todd McIntosh (Novembre 2016)