Les Effets Spéciaux et Numériques

Ce dossier révèle les grands secrets des coulisses et évoque toutes les techniques et procédés pour réaliser les somptueux effets spéciaux auxquels ont a eu droit dans Buffy. Nous parlerons, dans un deuxième temps, des effets numériques ajoutés en post-production, et générés par infographie.

Partie 1 – Les Effets Spéciaux

Partie 2 – Les Effets Numériques

 ➡  Cette page contient beaucoup de gifs animés. Si cette page lague ou ralentit, que votre connexion est faible, n’hésitez pas à lui laisser un petit temps de chargement  💡

Effets Spéciaux 

Pour enflammer Buffy dans le rêve d’Angel (« 3×20 Les chiens de l’enfer »), c’est la cascadeuse Sophia Crawford qui s’est prêtée au jeu, avec du gel retardateur et du rembourrage. Il n’ont pas utilisé de mannequin pour réaliser ce défis !

Pour les hommes flottants de « 4×10 Un silence de mort », Minkus a utilisé beaucoup de plates-formes. Il faisait voler les personnages au moyen de câbles et également en utilisant des rails. Beaucoup de rails ont été installés, et les acteurs se tenaient sur des chariots, avec des glissières devant et derrière, le tout effacé numériquement ensuite.

          Bruce Minkuns est le coordinateur des effets spéciaux sur 89 épisodes de Buffy. La neige, le feu, les explosions, c’est à lui qu’on les doit. Minkus et ses deux assistants ne disposaient que de peu de temps pour réaliser les défis techniques qui s’imposaient, puisqu’ils recevaient les scénarios peu de temps à l’avance. Il leur est parfois arrivé d’être au pied du mur ! Il utilisait pour cela la pyrotechnique, la mécanique, et tout ce qui est fondamentalement physique, comme la pluie, le vent, la neige ou la fumée. 

          « 3×22 La cérémonie 2/2 » reste probablement son plus grand exploit au cours des 3 premières saisons, mais il explique que seulement 20% de la séquence a été utilisée dans l’épisode. Le reste a été coupé au montage pour amoindrir l’impact, à cause des inquiétudes de la WB suite au massacre de Columbine. 

       Quand quelqu’un prend feu sur le plateau, c’est le département des effets spéciaux qui en a la charge, tandis que celui des cascades est responsable du gel retardateur et du cascadeur. Il est difficile de tourner une scène d’incendie dans les studios de Buffy, bas de plafonds même si dotés d’extincteurs. Pourtant, de nombreuses scènes y ont été tournées avec succès. Minkus est fier de ne jamais avoir déclenché aucun extincteur pendant toute la durée de la série. 

          Pour réaliser de la neige dans « 3×10 Le soleil de Noël », ils utilisent un procédé appelé BioSnow à base de farine de maïs, Avec la neige plastique, on obtient un meilleur effet sur pellicule, mais c’est dur à nettoyer. Pour certains extérieurs et pour les vêtements, comme dans l’épisode de Noël, Minkus a aussi utilisé de la mousse. La mousse devait être ensuite nettoyée au jet d’eau pour que la quantité se déverse dans un puisard. Dans le pire des cas, elle se dissipe au bout d’un moment et les techniciens peuvent laisser tel quel. 

           Minkus et ses assistants cherchent tout le temps la simplicité dans leur procédés parce que c’est un gage de rapidité. Parfois, c’est plus complexe et le temps manque, comme pour la réalisation de la machine à sucer le sang de l’épisode « 3×09 Meilleurs voeux de Cordélia », où Minkus travaillait sur la fabrication de la machine pendant que les réalisateurs tournaient des scènes autour d’eux. Il n’ont pas eu le temps de faire de test après la mise en place de l’engin et ont simplement croisé les doigts pour que ça fonctionne… et ça a fonctionné !

           

Pour faire exploser le lycée de Sunnydale techniquement, Minkus et ses assistants ont dû renforcer la toiture avant de l’ensemble de ses dispositifs sur les murs porteurs, espacés de vingt à trente mètres. ça n’a pas été de la tarte !

   

tumblr_mkm7z26Na71qb09mko1_r2_250

« La cérémonie » a peut-être été l’un des épisodes les plus ambitieux au début, mais « 3×01 Anne » reste dans la mémoire de Minkus parce qu’il demeurait un gros projet, avec le plateau « enfer », les immenses braseros et le liquide de feu !

 

Effets Numériques 

Le département des Effets Numériques était composé de trois personnes. Lors du surcroît de travail, il avait droit à un quatrième assistant, mais cela restait rare tout de même. .

 

La pyrotechnique était la technique la plus dangereuse à utiliser sur les plateau. Néanmoins, les flammes crées par infographie n’obtiendront jamais le même rendu visuel !

           Les effets numériques prennent le relais après les effets spéciaux. Les effets spéciaux (explosions, chutes, cascades…) peuvent être réalisés par différents procédés physiques, en interagissant directement sur le plateau de tournage, avec les acteurs ou les cascadeurs. Les effets numériques sont les trucages par traitement graphique sur ordinateur, qui sont réalisés en post-production. 

          Louis Peristere est le superviseur des effets numériques sur 100 épisodes de Buffy, et sur 61 épisodes d’Angel. C’est lui qui a créé le célébrissime « faciès de vampire » numérique. Les vampires paraissent humains, sauf lorsqu’ils sont excités par le combat et la faim. Joss Whedon tient à ce que l’on voit qu’ils sont des monstres lorsque Buffy les tuent. Cela accroît leur côté fantastique, c’est plus sûr. Angel peut ainsi aller et venir entre les deux mondes, et l’on comprend mieux son surnom historique « Celui au visage d’ange ». 

           L’équipe de Peristere a pour mission, entre autres, de créer et d’améliorer la « pulvérisation » des vampires, qui se produit au moins deux fois par épisode pendant les années lycée. Joss veut donner l’impression que toute l’eau est aspirée hors du corps du vampire, transformant littéralement celui-ci en poussière. Au début, l’effet est obtenu grâce à l’image d’un personne à qui l’on absorbe toute son eau (image baptisée « l’homme poussière »). L’image remplace le visage de l’acteur en guise de première étape dans le processus de pulvérisation numérique. Les outils devenant de plus en plus sophistiqués, Peristere ajoute des animations 3D puis différentes couches à ces pulvérisations, qui montre une destruction au ralentit de la peau, des muscles et enfin du squelette. 

         Son équipe créé aussi les morphings du vampire vers l’humain, et vice-versa. On peut citer celui du lycéen en monstre digne du Dr. Jekyll & Mr Hyde dans « 3×04 Les belles et les bêtes ». Dès la troisième saison, l’équipe est capable de remplacer des visages, un effet appelé « multiplicité ». On le voit dans, les deux visages, quand Willow et son double vampirique se touchent au sein du même plan. Le visage de Alyson Hannigan a été copié et collé numériquement sur le corps d’une doublure. 

         On peut également citer l’incendie en image de synthèse, l’eau noire dans « 3×01 Anne », la foudre attirée par le gant de Myhnegon dans « 3×07 Révélations », et les monstres en 3D tels que Sobek dans « 5×08 Incantation », Lurconis « 3×06 Effet chocolat » ou encore Olvikan dans « 3×22 La cérémonie », créé avec le meilleur logiciel disponible à l’époque. 

          Après avoir lu un article dans Cinefex, un magazine sur les effets visuels, expliquant comment créer numériquement des « milliers » de méchant, Peristere et son équipe ont mis au point la bataille épique contre les de hordes de Turok-Han dans le dernier épisode de la série, allant ainsi lorgner du côté du Seigneur des anneaux. 

Faire exploser un vampire à l’écran coûtait 4500 € lors des premières saisons, si bien que Joss Whedon trouvait des astuces pour ne pas trop en montrer à l’écran. Le processus est devenu moins coûteux les saisons suivantes avec le développement des techniques 3D.

 

tumblr_mkn37lRJmB1qgk64bo3_250 

 

Le démon Machida, dans « 2×05 Dévotion », devait être un démon récurrent dans la série, mais cela s’est avéré impossible à cause de problème de budget et d’infographie.